Compte rendu : La Chine à bout de souffle

Compte rendu par Lucien Bianco de l’ouvrage d’Isabelle Attané, La Chine à bout de souffle, Paris, Fayard, 2016. 274 p.

9782213680835-001-X_0Le titre n’est pas le meilleur du livre. La Chine est certes à un tournant : après un tiers de siècle de progrès inouïs, elle va devoir affronter d’immenses et urgents défis auxquels elle ne s’est guère préparée. Pour autant, elle n’est pas exsangue.

Le meilleur en revanche, c’est l’excellente première partie du livre, placée sous le signe de la démographie. Elle situe le repli démographique imminent de la Chine dans l’évolution attendue de la démographie mondiale et montre les conséquences inéluctables de ce déclin, à commencer par le vieillissement de la population et la diminution de la main-d’œuvre à bas prix. Deux définitions illustrent la situation périlleuse qui est désormais et sera plus encore demain celle de La Chine. D’abord le « point tournant de Lewis » (franchi par la Chine en 2010), moment où la main-d’œuvre jusqu’alors abondante d’une économie en développement commence à se raréfier, générant des hausses de salaires qui réduisent à leur tour les marges et donc les investissements des entreprises (p.61). Encore plus importante, une notion connexe est celle de  la « fenêtre démographique », phase durant laquelle les actifs supportent un fardeau social relativement bas (p.20). Elle a énormément servi l’économie chinoise entre 1980 et 2010, mais cette phase transitoire s’achève : en 2010, deux adultes actifs se partageaient la charge d’une personne économiquement dépendante (enfant ou personne âgée) ; en 2050, la Chine comptera 250 millions d’actifs en moins et chaque actif devra assumer la charge de près d’une personne économiquement dépendante (pp.58 et 61). Ce renversement brutal s’explique par le vieillissement accéléré de la population chinoise, conséquence d’une transition démographique elle-même accélérée par une planification des naissances autoritaire. Après avoir limité le nombre d’enfants à charge,  cette politique réduit désormais le nombre d’actifs, tandis que l’allongement de l’espérance de vie accroît et continuera d’accroître  le nombre des personnes âgées à charge. Vieille avant d’être riche (weifu xianlao, p. 69), la Chine « devra mener le combat contre sa démographie, sans protection sociale ni système de retraite dignes de ce nom » (pp.58-59). La France, où la transition démographique s’est étalée sur deux siècles, a eu le temps de bâtir un État-providence. La Chine n’en a guère eu le temps et a négligé de s’y préparer.

La suite du livre illustre les conséquences, sociales surtout, du diagnostic démographique implacable de la première partie. Avant de détailler les défis à venir, l’auteur ne lésine pas sur l’appréciation de ce qui a été accompli : multiplication par seize en trente ans du produit intérieur brut par habitant (p. 72), taux de pauvreté divisé par six en vingt ans : de 60% de la population en 1990 à 12% en 2010, au point que plus des deux tiers des 700 millions d’humains sortis de la pauvreté entre 1993 et 2010 étaient Chinois ! (p. 83)  Mais  c’est surtout sur les défaillances et les défis que l’auteur insiste à juste titre. Réputée « populaire », la Chine est l’un des pays les plus inégalitaires de la planète : avec une symétrie presque parfaite, 1% de la population possède un tiers de la richesse nationale, tandis que le quart des ménages les plus pauvres se partagent 1% de la richesse nationale (pp.73-74). L’accès à l’éducation renforce les inégalités, au détriment des ruraux en général, des 35 millions d’enfants de migrants en particulier (p.94) : « depuis les réformes, l’Etat s’est largement désinvesti du système éducatif » (p.91). En 2008, les frais de scolarité dans l’enseignement supérieur s’élevaient en moyenne à 36 % du salaire annuel moyen des ménages citadins… et à 120 % du salaire annuel moyen des campagnes (p. 104). Les défaillances de la protection sociale sont encore plus notoires en ce qui concerne le montant et la couverture des retraites, toujours en faveur des citadins, qui bénéficiaient à la fin des années 2000 d’une retraite huit fois supérieure à celle des ruraux (p. 160). Alors qu’un citadin âgé sur six ne perçoit aucune retraite, c’est le cas de plus de la moitié des ruraux (p.180). Les soins médicaux coûtent si cher que des vieillards malades ou infirmes préfèrent parfois recourir au  suicide. Selon le témoignage d’un sociologue chinois, « beaucoup de paysans pensent que, vu leur âge, c’est jeter l’argent par les fenêtres que de payer l’hôpital pour quelques années de vie supplémentaire » (p.182).

Si l’on ressent ici et là de façon poignante la souffrance des laissés pour compte (« Quand vieillesse rime avec détresse », p. 179 sqq.) et si elles contiennent nombre de notations précises, voire précieuses, les deuxième et troisième parties du livre n’ont ni la rigueur ni la densité de la première partie consacrée à la démographie. Le plan devient moins maîtrisé, l’argumentation serrée se dilue en rappels peu denses (p.115-129) ou en collection d’anecdotes. En outre, l’auteur n’indique pas toujours les références des sources où elle a puisé tel détail ou telle précision ou anecdote (ex. aux pages 29, 125, 140, 144, 155, 156, 159). Pour en terminer avec les critiques d’un bon livre, j’ajouterai que la première partie elle-même insiste parfois de façon unilatérale sur une forte population comme atout et non comme problème. Si les prévisions concernant l’Afrique (près de 40 % de la population mondiale en 2100, p.23, dont un milliard d’habitants dans le seul Nigéria, p. 26) devaient se vérifier, elles poseraient des problèmes plus aigus aux Africains qu’aux Européens effrayés par l’afflux de migrants. Ce dernier regret est cependant atténué, sinon infirmé par le rappel bienvenu des points de vue discordants de Jean Bodin, Malthus et Ester Boserup (p.37, suivi d’une discussion, pp. 37-40). Ajoutons, pour nuancer davantage encore les regrets exprimés, que la démarche scientifique de la première partie s’impose à nouveau dans la quatrième et dernière partie (« A la croisée des chemins »), sorte de prospective en guise de conclusion. Appuyée sur une comparaison très éclairante avec le Japon, qui a lui aussi vieilli très vite… sans être pauvre (p.199), elle discute de façon argumentée les réformes envisagées et les évolutions possibles.

Lucien Bianco [Directeur d’études, EHESS (retraité) ; directeur du Centre Chine de 1976 à 1981 et de 1993 au 1er janvier 1995]

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search