Les nouvelles routes de la soie : quelle réalité ?

oborLes nouvelles routes de la soie. La conférence sera donnée par Rémi Perelman (Asie 21/Futuribles international) dans le cadre du séminaire «Présences chinoises en Méditerranée» animé par Thierry Pairault (UMR 8173 Chine-Corée-Japon EHESS/CNRS) et Fatiha Talahite (UMR 7217 CRESPPA CNRS/Paris 8/Paris 10).

Date

Mercredi 4 mai 2016, 9h-11h

Lieu

EHESS- salle 2 (RdC), 190 avenue de France – 75013 Paris (M° Quai de la Gare)

Site

Pour plus d’informations sur le séminaire, aller sur le site Chine-Méditerranée

Présentation

Rappelons-nous comment ce slogan de « Nouvelles routes de la soie » s’est propagé peu après l’accession de Xi Jinping à la présidence de la RPC :

  • Les annonces, répétées à satiété par tous les dirigeants chinois à chacun de leurs déplacements depuis l’automne 2013, notamment par le président Xi Jinping, initiateur de ce « nouveau » mantra, comme par son Premier ministre ;
  • La création d’instruments financiers spécifiques ;
  • L’écho donné par les médias à chaque arrivée de train en provenance de Chine dans différentes villes européennes (Hambourg, Duisbourg, Lodz, Madrid, Lyon).

La magie publicitaire a joué pour laisser penser qu’une stratégie, fondée sur l’extension des infrastructures de transport était mise en ordre de bataille à Pékin. Crédibilisée par la gigantesque trésorerie chinoise, elle était parfaitement conforme à l’image d’une Chine économiquement puissante et conquérante. L’efficacité de cette présentation tient à sa simplicité et au lien qu’elle suggère entre l’avenir radieux du pays et un passé universellement connu.
La réalité des intentions des dirigeants chinois va cependant bien au delà. Une lecture attentive des faits, des déclarations officielles et des analyses produites à ce jour, permet de déceler l’existence d’au moins trois niveaux d’explication :

  • Celui qu’évoque d’emblée la bulle de savon chatoyante de la Route de la soie, à savoir les échanges par voies terrestre et maritime entre les deux extrémités du continent eurasiatique.
  • Ensuite, le niveau de la politique intérieure de la Chine (relancer l’économie, mobiliser une population massivement apathique, soumettre la rébellion ouighoure…).
  • Enfin, celui de ses ambitions internationales (mettre fin à l’hégémonie américaine, exploiter les ressources où qu’elles se trouvent, étendre son modèle à l’Asie centrale…).

Cette progression permet d’apprécier l’intelligence du stratège et d’éclairer quelque peu la complexité du concept comme des ressorts qui animent aujourd’hui la politique chinoise. Ceci posé, il est loisible d’envisager les atouts dont elle dispose comme de déceler les obstacles qu’elle devra surmonter. L’Histoire seule dira avec quels résultats.

D’où le plan de l’exposé :

  1. La part chinoise dans les infrastructures d’échange
  2. Les raisons de la Route dans le contexte politique intérieur de la Chine
  3. L’utilisation de la Route dans celui de ses ambitions internationales
  4. Atouts et obstacles

Thierry Pairault

Directeur de recherche émérite [CNRS / EHESS] - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine - UMR 8173 Chine, Corée, Japon

More Posts - Website


Thierry Pairault

Directeur de recherche émérite [CNRS / EHESS] - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine - UMR 8173 Chine, Corée, Japon

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.