Compte rendu : Le Sage et le peuple

Ji, Zhe. Sébastien Billioud et Joël Thoraval, Le Sage et le peuple. Le renouveau confucéen en Chine. Perspectives chinoises [En ligne], 2015, n°4. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/7259 (consulté le 24 mars 2016.)

le-sage-et-le-peuple.jpgCet ouvrage de Sébastien Billioud et Joël Thoraval, récemment traduit en anglais, formule un nouveau paradigme des études sur le confucianisme. À la différence des recherches existantes, qui malgré leur bonne qualité sont enclines à réduire la complexité du phénomène « confucéen » – une étiquette trop commode pour ne pas être ambigüe – à divers aspects partiels (la philosophie, l’éthique, l’idéologie officielle, les pratiques cultuelles…), cet ouvrage se distingue par son souci d’aborder le phénomène en bloc, ce qui lui permet d’échapper à tout réductionnisme. En se fondant sur des matériaux ethnographiques recueillis en Chine, à Hong Kong et à Taiwan au fil d’une enquête de plusieurs années, les deux auteurs présentent une description panoramique des multiples manifestations sociales du confucianisme dans les années 2000, ainsi qu’une analyse critique de leurs conditions morales et politiques. Ces multiples manifestations sont qualifiées par les auteurs de « confucianisme populaire », une expression empruntée aux activistes chinois, mais qui ne renvoie en aucun cas à un mouvement purement antiélitiste ou simplement non officiel. Au contraire, les initiatives élitistes et les interventions gouvernementales s’y mêlent étroitement, et à ce titre elles sont également prises en compte par les auteurs. Si ces derniers insistent sur les aspects « populaires », cela traduit avant tout un positionnement heuristique, à même de rendre compte d’une polarité entre d’une part un « peuple » qui apparaît à la fois comme une valeur et comme un complexe de forces aux facettes multiples, et d’autre part un « Sage » dont la figure diffractée, tributaire de différents passés et fortement malmenée par le XXe siècle, continue de hanter la modernité chinoise. Mais il y aussi là une ambition anthropologique : étudier « le face-à-face d’individus appartenant à des milieux populaires avec la figure de Confucius et, au-delà, avec un message de vie qu’on s’efforce de restituer et de pratiquer » (p. 18).

Lire le texte intégral sur Revues.org

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search