Le fonds chinois du Général Jacques Guillermaz

Selon le calendrier lunaire 2016, la diaspora chinoise célèbre depuis le 8 février l’année du singe. Le singe, 9ème animal d’une course mythique, est également un des héros d’un roman fantastique du XVIe siècle attribué à Wu Cheng’en dont le titre Xiyouji est traduit en français par Pérégrination vers l’Ouest, Voyage en Occident ou bien Le Singe pèlerin.
Ce singe-héros, Sun Wukong, est le compagnon d’un moine chinois de la dynastie Tang Chen Xuanzang parti en Inde à la recherche de sutras sanscrits pour les ramener à la traduction chinoise.

Ce roman  photo1 est présent dans des éditions ponctuées de 1931 et de 1935 au fonds chinois de la BM de Lyon issu de l’ancienne bibliothèque constituée par les pensionnaires de l’Institut franco-chinois du Fort Saint Irénée.
Ce trésor multilingue de l’époque républicaine chinoise s’est vu augmenté en 1990 d’une collection du Général Jacques Guillermaz (1911-1998). Il s’agit de sa bibliothèque personnelle constituée depuis sa première affectation en 1937 à la Légation de Pékin.

En parcourant la Chine républicaine dite moderne dans tous les sens à l’instar des traits multidirectionnels des sinogrammes millénaires qu’il a appris, le saint-cyrien Jacques Guillermaz n’avait surtout pas délaissé la Révolution littéraire poétique engagée à l’heure de la Grande guerre. Sur cette terra extrêmement incognita pour lui, alors parsemée de concessions internationales, Guillermaz avait rencontré certains des fondateurs de l’Institut du Fort Saint Irénée dont le Ministre de l’éducation Cai Yuanpei (1868-1940), Ier Président de la Ière université impériale (1898) et Li Shizeng (1881-1973) proche des milieux anarchistes parisiens dès 1905, tous deux fondateurs en 1936 du Centre franco-chinois d’études sinologiques de Pékin avec André d’Hormon présent depuis 1906.

Cataloguée par Jean-Louis Boully (Catalogue des ouvrages du Fonds Guillermaz, Lyon, Bibliothèque Municipale de Lyon, 1993), cette donation comporte plus de 2000 volumes concernant la Chine du XXe siècle, sous tous ses aspects. Outre ses propres essais [Un Que sais-je en 1959 sur La Chine populaire, en 1968 Histoire du Parti communiste chinois : 1921-1949, en 1972 Le Parti communiste chinois au pouvoir, 1er octobre 1949-1er mars 1972 et en 1989, Une Vie pour la Chine], la collection rassemble des œuvres classiques qu’il a parfois traduites et des œuvres marquantes des intellectuels de la Chine moderne.

Lire la suite



Citer ce billet
Jacqueline Nivard (2016, 22 février). Le fonds chinois du Général Jacques Guillermaz. Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mfhf

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search