Jen-i-kouan (Albert Gervais), médecin français au Sichuan

Compte rendu de la présentation d’Aurore Staiger, le 4 février 2016,  au séminaire de Frédéric Obringer « Médecine, entretien de la vie et produits aromatiques dans la Chine des Ming et des Qing ».

Albert Gervais sort de l’oubli par cette première conférence « Jen-i-kouan, médecin français au Sichuan », sur l’aimable invitation de Frédéric Obringer du CECMC.

11-_Archives Albert Gervais

©Archives Albert Gervais

Après quelques années comme médecin de la marine en Afrique de l’Ouest et du Nord, le jeune Albert part vivre à Chengdu. Il travaille au sein de l’hôpital géré par les missionnaires français, il gère l’institut bactériologique et enseigne la médecine occidentale aux étudiants de l’école chinoise. Sa fonction lui permet de côtoyer son peuple d’accueil au plus près, et par l’apprentissage de la langue, il devient malgré lui un interlocuteur privilégié, souvent mandaté pour régler certaines questions diplomatiques.

04-_Archives Albert Gervais

©Archives Albert Gervais

De 1920 à 1925, il est Jen-i-kouan, le « médecin militaire ». Bien sûr, Albert n’est pas le seul médecin français à s’expatrier en Chine. Seulement, il écrit tout ce qu’il vit, ressent et observe. Regard vif, plume habile et sens de l’humour aiguisé, flegme révélateur d’un parti pris mesuré, il se fait témoin du choc de deux civilisations que tout semble alors opposer. Il publie quatre ouvrages, nouvelles et reportages dans lesquels il devient le jeune héros d’aventures hautes en couleurs. Sans jamais se placer sur un piédestal, toujours à remettre en question son point de vue d’Occidental, il décrit son quotidien de médecin, la vie de la minuscule communauté d’étrangers de Chengdu, les rouages de la politique locale, les brigandages, guéguerres et fléaux, le système judiciaire, les croyances et mœurs et de son peuple d’accueil et même sa relation complexe avec l’intrigante Madame Sentiment des Fleurs.

12. -Archives Albert Gervais. L'un des nombreux dessins d'étude de l'acupuncture, basé sur l'ouvrage de P. Ferreyrolles, Acupuncture chinoise, 1951.

©Archives Albert Gervais

De son séjour au Sichuan, le jeune docteur rapporte certaines notions et pratiques millénaires, dont l’acupuncture qu’il emploie en complément de la médecine traditionnelle européenne. Son grand regret : ne jamais avoir pu retourner en Chine.

05-_Archives Albert Gervais

©Archives Albert Gervais

Cette rencontre au CECMC marque une première année de recherches. Celles-ci ont débuté par le rassemblement et la compilation des archives personnelles d’Albert, lettres, notes, photos, etc., puis ont mené à la mise à jour des droits sur son œuvre, la prise de contact avec les personnes et institutions liées de près ou de loin à sa vie. Beaucoup reste encore à faire, car les pistes se multiplient. Enfin, j’ai pu me rendre à Chengdu, sur les traces de Jen-i-kouan en novembre 2015.

07-_Archives Albert Gervais

©Archives Albert Gervais

Durant cette conférence étaient présents chercheurs, sociologues, ainsi que Jacques Dumasy, ancien consul de Chengdu, et des membres éloignés de la famille d’Albert, certains ont également vécu en Chine, et l’une a évoqué ses souvenirs d’Albert. Par cet exposé, mon but était de montrer que l’œuvre d’Albert Gervais mérite l’attention, qu’elle peut être utile à la recherche en tant que témoignage d’une Chine qui n’existe plus. Les livres du médecin sont désormais rares, bien que l’écriture reste très actuelle. Mon projet est de faire revivre cette œuvre, de permettre une ou plusieurs rééditions, de réaliser des reportages voire un ouvrage biographique afin de faire connaître au mieux l’étonnant Jen-i-kouan.

Aurore Staiger est journaliste indépendante.

Ouvrages d’Albert Gervais

10-_Archives Albert Gervais

©Archives Albert Gervais

  • Une fille de H’an : roman. Paris : Grasset, 1928
  • Æsculape en Chine, Paris : Gallimard, 1933
    (ouvrage disponible à la bibliothèque du CECMC)
  • L’ombre du Ma-koui, Paris : Gallimard, 1936
  • Æsculape dans la Chine en révolte, Paris : Gallimard, 1953

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search