Anonymats urbains

Repères de l’anthropologie urbaine. Objets, approches, actualisations

Crédit photographique : Isabelle Thireau

La Place de la Victoire à Tianjin

Anonymats urbains avec Alexandra Bidet, Erwan Le Méner, Maud Léonhardt Santini, Isabelle Thireau

 Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC) , Laboratoire d’anthropologie urbanités, mondialisations, frontières et mouvements de la ville.  Repères de l’anthropologie urbaine. Objets, approches, actualisations
Michel Agier (EHESS), Véronique Bontemps (CNRS), Emmanuelle Lallement (Université Paris Sorbonne), Virginie Milliot (Université Paris-Ouest Nanterre-La-Défense) (Franck Mermier (CNRS) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre)

Lieu

EHESS, Salle M. et D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris

Date

Séance du jeudi 18 février 2016, 15h-19h

 « Faire ensemble » sur la Place de la Victoire à Tianjin

Isabelle Thireau, (sociologue, Centre d’Etudes sur la Chine Moderne et Contemporaine, EHESS/CNRS)
Depuis une quinzaine d’années, des habitants de Tianjin (Chine) se retrouvent à 19h00 sur une place publique pour une série d’exercices physiques. Si un principe d’hospitalité domine, toute personne de passage à Tianjin et sur la place pouvant se joindre au groupe, les relations établies entre ceux qui font ainsi chaque soir leur apparition dans ce lieu public ne s’inscrivent pas dans une simple distinction entre anonymes et non-anonymes. Elles recouvrent au contraire différentes façons de connaître autrui ou d’apprécier son indétermination ; différentes formes de communication, d’attention et d’inattention mutuelles. Une forme d’espace public se constitue ainsi caractérisé par le spectre des distances mutuelles autorisées ainsi que par la possibilité – et non pas la nécessité – d’une relation d’anonymat.

S’engager en passant : les signalements auprès du 115 de Paris 

 
Alexandra Bidet (sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs), Erwan Le Méner (sociologue, CEMS, Observatoire du samusocial de Paris)
 
Le numéro départemental 115 permet à tout un chacun d’indiquer la présence de sans-abri dans l’espace public. À Paris, ces « signalements » entraînent la dépêche d’une équipe du Samusocial à l’adresse correspondante. Le 115 relaie ainsi l’urgence sociale, du quidam anonyme au professionnel. Nous nous intéresserons au geste du signalement, qui conduit des particuliers à téléphoner au 115 de Paris. Nous verrons que c’est d’un trouble visuel que surgit l’appel : la posture inhabituelle d’un sans-abri installé sur une devanture de boutique ; l’image ruminée d’une personne démunie remarquée sur le chemin du retour chez soi ; la présence d’un SDF, comme manifestation corporelle d’une société injuste. Ces troubles correspondent à autant de motifs typiques : l’inquiétude pour un contact, le malaise qui interrompt un cours d’action principal, l’indignation accolée à une perception. Ce dernier motif est le plus aisément interprétable en termes d’acte citoyen : l’indignation reflèterait la conscience politique et la responsabilité citoyenne. À côté de l’indignation, l’inquiétude et le malaise ne font pas d’emblée partie du vocabulaire habituel de la citoyenneté. Qu’en est-il en particulier du signalement fait en passant ? Pas plus qu’il ne présente les traits d’une critique explicitement politique, il ne vise à rétablir une communauté menacée. L’approche ethnographique invite cependant à porter attention à la dynamique d’enquête et de concernement qui s’y déploie. 

L’anonymat en contexte de médecine d’urgence : quelques situations observées au Samu de Paris

Maud Leonhardt Santini (ENSA Versailles, chercheure associée à l’IIAC-LAUM)
Le Samu de Paris est un service d’urgence préhospitalier qui intervient de jour comme de nuit en tout lieu de la ville, des espaces les plus ouverts aux plus fermés, des plus publics aux plus privés. Les équipes médicales déploient leur pratique dans des configurations spatiales et sociales aussi variées que peu prévisibles. Chacune des interventions constitue, dans une temporalité ramassée, le cadre d’une situation urbaine aigue, au sens où elle transforme ponctuellement un contexte ordinaire en un contexte paroxysmique. Depuis l’appel au 15 jusqu’au lieu de la prise en charge, la notion d’anonymat prend des formes variées, induisant des conduites tout aussi diversifiées. À partir de la description de quelques exemples, on montrera par quels éléments de langage, par quels registres gestuels et par quels dispositifs matériels, dans le traitement de l’urgence médicale, l’anonymat est tantôt à préserver, tantôt à faire céder.
 

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search