L’accès des Chinoises au microcrédit en zone rurale et périurbaine: un outil de lutte contre la subordination des femmes?

Soutenance de thèse de Doctorat de socio-économie du développement de Gwendoline Debéthune intitulée L’accès des Chinoises au microcrédit en zone rurale et périurbaine: un outil de lutte contre la subordination des femmes? , préparée sous la direction de François Gipouloux (Centre d’Études sur la Chine Moderne et Contemporaine).

Membres du jury

  • Isabelle Attané,  Directrice de recherche à l’Ined (Directrice)
  • François Gipouloux, Directeur de recherche émérite au CNRS (Directeur)
  • Isabelle Guérin,  Directrice de recherche à l’IRD (Rapporteure)
  • Marylène Lieber, Professeure associée à l’Université de Genève
  • Xavier Richet,  Professeur émérite à l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3 (Rapporteur)
  • Isabelle Thireau, Directrice d’études à l’EHESS et Directrice de recherche au CNRS

Date

Jeudi 10 décembre 2015 à 9h30

Lieu

EHESS, bâtiment France, 190-198 Avenue de France, Salle du Conseil B, 75013 Paris. Métro : Quai de la Gare (M6) ; Bercy ou Bibliothèque François Mitterrand (M14)

Résumé de la thèse

Contracter un microcrédit permet aux femmes de démarrer ou développer une micro-entreprise et, de cette manière, de gagner en autonomie. C’est ainsi, à l’échelle globale, que le microcrédit est présenté et diffusé aux quatre coins du globe par de nombreux patriciens et experts d’organisations internationales. Qu’en est-il en République Populaire de Chine, dans les discours comme dans les faits ? Cette question apparaît d’autant plus pertinente que, jusqu’à présent, les effets de la modernisation économique sur le statut des femmes chinoises se sont révélés paradoxaux. Une étude ethnographique multi-située auprès de promoteurs de microcrédits et d’emprunteuses au sein de sept organismes de microcrédit a permis de mettre en perspective les discours globalisé et chinois sur l’autonomisation des femmes par le microcrédit avec les réalités locales. Il en ressort de nombreux décalages caractérisant la microfinance chinoise en général et l’accès des Chinoises au microcrédit en zone rurale et périurbaine en particulier qui incombent à un contexte social, politique et économique chinois et à un environnement global défavorables à l’amélioration du statut socioéconomique des femmes par le microcrédit. Loin de lutter contre la subordination des femmes, leur accès au microcrédit, pris dans les rets des rapports sociaux de sexe, se révèle détourné voire instrumentalisé au service du développement de l’économie locale et ainsi du maintien de la stabilité sociale. Cette thèse montre comment le discours chinois et globalisé sur l’autonomisation des femmes par le microcrédit s’inscrit dans une vision néolibérale (et patriarcale) des sociétés qu’il reproduit et alimente.

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.