Enseignement de Sebastian Veg

Sebastian Veg, membre statutaire et directeur d’études à l’EHESS, habilité à diriger des recherches.

Jeudi de 15h30 à 18h30 (salle 681, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 10 décembre 2015 au 11 février 2016

Il s’agira dans ce séminaire de donner une vue à la fois générale et précise des grands débats historiographiques de la Chine au XXe siècle : les questions de l’occidentalisation et de la culture « chinoise », de l’iconoclasme anti-traditionnaliste et de ses limites, de la Révolution, des Lumières, de l’État-nation, du colonialisme, de la « transition » démocratique et de la « résilience » autoritaire seront abordées. Chaque séance combinera des lectures de sources primaires disponibles en traduction anglaise ou française avec des sources secondaires traçant les lignes des grands débats historiographiques. Tout au long du séminaire, les sources littéraires et cinématographiques seront mises en valeur pour souligner l’apport de l’histoire culturelle et intellectuelle à l’historiographie.

Ce séminaire s’adresse aux étudiants en master et en doctorat ; il est conçu à la fois pour donner des repères au non-spécialistes de la Chine et pour permettre aux spécialistes d’approfondir leur connaissance de l’historiographie. Il pourra être tenu en anglais sur demande préalable.

This seminar will offer a general but precise overview of the major debates in the historiography of 20th century China: the questions of Westernisation and “Chinese” culture, anti-traditionalist iconoclasm and its limits, Revolution, Enlightenment, the nation-state, colonialism, democratic “transition” and authoritarian “resilience” will be discussed. Each session will combine readings of primary sources available in English or French translation and secondary sources covering the main historical interpretations. Throughout the seminar, literary and film sources will be used to underscore the contribution of intellectual and cultural history to historiography.

This seminar is structured to suit both master and doctoral students; it will provide non-specialists of China with main references in contemporary history, while at the same time allowing specialists to deepen their knowledge of historiographical debates.
The seminar may be held in English upon prior request.

Jeudi de 15h30 à 18h30 (salle 681, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 3 mars au 14 avril 2016

L’État chinois moderne se définissant par son ambition de construire un État-nation classique dans les frontières d’un empire multinational, le nationalisme est généralement considéré comme l’idéologie centrale et dominante des débats politiques chinois tout au long du XXe siècle. Cependant, l’appellation même de Zhongguo ou Zhonghua pour désigner le territoire de la Chine actuelle ne devient courante qu’au XIXe siècle, si bien que cette centralité coexiste avec une contestation continue de la notion de « nation chinoise » tout au long de l’histoire récente, que ce soit sur le plan territorial (contestation de l’intérieur des frontières politiques) ou culturel (la revendication d’une « culture chinoise » qui épouse au moins les contours de la diaspora chinoise en Asie, voire toutes les aires linguistiques et culturelles ayant subi l’influence de l’écriture chinoise et de la pensée confucéenne). Après une première époque où le nationalisme est revendiqué comme « antidote » à la culture chinoise, on assiste depuis plusieurs décennies à un renouveau du nationalisme culturel, provenant d’abord des périphéries du monde sinophone (la « Chine culturelle » de Tu Weiming) pour être ensuite adopté, dans un retournement diamétral, par le régime communiste à Pékin, suscitant par ricochet un nouveau mouvement de « désinisation » aux périphéries de la République populaire (Taiwan et Hong Kong). Ce séminaire de recherche s’appuiera sur des sources textuelles, littéraires et cinématographiques pour souligner, là aussi, l’apport de l’histoire culturelle aux questions comme le nationalisme.

Il pourra être tenu en anglais sur demande préalable.

The modern Chinese state first defined itself by its ambition to build a classic nation-state within the borders of a multinational empire. Hence, nationalism is generally seen as the central and dominant ideology in 20th century Chinese politics. However, the notion of Zhongguo or Zhonghua to refer to the territory of present-day China is itself a 19th century coinage, and has been contested throughout the 20th century. It has been repeatedly questioned both on the territorial level (contestation of China’s borders from inside) and the cultural level (“Chinese culture” being identified with the arc of Chinese-speaking diasporas in Asia, or even with all areas having absorbed the influence of the Chinese language and Confucian culture). After a first phase during which nationalism was defined as an “antidote” to Chinese culture, recent decades have seen a return of cultural nationalism, originally formulated on the periphery (Tu Weiming’s “cultural China”) but later adopted, in a radical reversal, by the communist regime in Beijing. This in turn entailed a new movement of “desinicization” on the borders of the People’s Republic (Hong Kong and Taiwan). This research seminar will use textual, literary and film sources to highlight the contribution of intellectual and cultural history to questions like nationalism.

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.