Conférence sur l’opium de Xavier Paulès

Histoire mondiale de la colonisation

Les matières premières : L’opium

Conférence de Xavier Paulès au Musée du Quai Branly, le 28 janvier 2010

L’opium provient du suc de la capsule du Papaver somniferum, plante d’origine européenne, dont on a trouvé des restes datant du néolithique en Suisse. Dans l’Antiquité, son usage se répand autour du bassin méditerranéen et au proche Orient. Il passe en Asie orientale via les Arabes dès la fin du premier millénaire.L’opium est présent presque partout en Eurasie au début de l’époque moderne comme un remède qui est absorbé sous forme liquide (par ex. le laudanum) ou solide (boulettes). Il s’agit en particulier d’un analgésique sans rival jusqu’à l’invention de l’aspirine car il soulage la douleur très efficacement grâce aux alcaloïdes qu’il contient. Il peut être aussi consommé dès cette époque à des fins de plaisir.

Une révolution technique se produit au XVIIsiècle, qui offre l’avantage de faire disparaître le risque de surdose : la consommation sous forme de fumée. On commence par fumer l’opium mêlé à du tabac, vraisemblablement en Indonésie (madak). Un siècle plus tard, en Chine du Sud, apparaît une nouvelle innovation consistant à consommer l’opium pur au moyen de tout l’attirail qui nous est familier (longue pipe, lampe à manchon de verre, aiguille). Cette méthode se répand tout particulièrement en Asie orientale même si elle ne va pas faire disparaître complètement le madak ni même l’ingestion d’opium.

L’opium est un des enjeux majeurs de la poussée impérialiste européenne en Asie aux XVIIIet XIXsiècles. Il joue un rôle important de deux façons : les Européens (Portugais, Hollandais) intègrent l’opium dès le XVIIsiècle, par petites cargaisons, dans le commerce régional qu’ils pratiquent abondamment entre différentes contrées d’Asie. Mais c’est surtout le commerce entre l’Inde et la Chine au XIXsiècle, majoritairement aux mains des marchands anglais, qui va prendre des proportions immenses. Ses retombées sont considérables : d’abord, il contribue largement à financer la colonisation britannique de l’Inde. D’autre part, les principaux marchés de l’opium, Singapour, Shanghai (une modeste préfecture au début du XIXsiècle), et Hong Kong (peuplé d’une poignée d’habitants en 1840) deviennent en un siècle des mégalopoles de première importance, processus dans lesquels les profits colossaux engendrés par le commerce de l’opium jouent un rôle crucial.

Mais l’opium est également un acteur de la construction d’un ordre colonial dans tout l’Extrême Orient, où la consommation se banalise dans la seconde moitié du XIXe siècle, en partie sous l’influence de l’émigration chinoise. Sous forme d’affermage à des marchands, les revenus de l’opium viennent providentiellement équilibrer les budgets des colonies européennes : états malais, Indochine, Indonésie, Philippines, pour ne mentionner que les principales. Devant la montée des oppositions au commerce et aux fermes de l’opium de la fin du XIXsiècle, les puissances coloniales vont trouver dans un premier temps une parade efficace en transformant les fermes en régies, sur le modèle de la Régie indochinoise perfectionnée par Paul Doumer au tournant du XXsiècle. En s’assurant ainsi du contrôle direct des circuits de distribution, il s’agit théoriquement de briser la logique de maximisation des ventes qui est immanquablement celle des fermiers, entrepreneurs privés. Les résultats ne sont guère convaincants, car la tentation est trop forte de conserver et même d’augmenter les revenus engendrés par l’opium.

Pour les puissances coloniales, le sursis s’avère très temporaire ; leur influence étant en chute libre après la Seconde guerre mondiale, elles sont contraintes de se rallier à la ligne dure de suppression immédiate des régies que l’ONU impose en 1946 [Résumé de l’auteur].

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.