De la démesure des actions patrimoniales en Extrême-Orient

Yunyang Museum, JingYun Bei

Yunyang Museum, JingYun Bei

Le second congrès international de l’Association Française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA), sur le thème de la Démesure, s’est déroulé du 29 Juin au 1er Juillet 2015 à l’Université Toulouse-Jean Jaurès (Campus du Mirail). Le programme incluait une communication de Caroline Bodolec et Katiana Le Mentec «De la démesure des actions patrimoniales en Extrême -Orient et en Chine»

Résumé de la communication

Ce congrès est pour nous l’occasion de présenter nos travaux  sur les sources et les implications des actions patrimoniales en Chine mais aussi plus généralement en Extrême-Orient. Nous avons amorcé cette  réflexion avec des collègues travaillant sur le Japon et la Corée et à l’UNESCO NOTE (Réflexion collective qui a donné lieu à un panel à AAS in Asia Asia in Mention : Heritage and Transformation « UNESCO Convention For the Safeguarding Intangible Heritage: An Asian Touch? » avec Wang Li, Noriko Aikawa-Faure, Alice Doublier, Benjamin Joinau et les deux auteurs de ce billet). Elle nous laisse à penser qu’une mise en regard est stimulante pour comprendre cette frénésie patrimoniale chinoise qui se déploie tant au niveau national qu’international.
Les forces qui traversent l’Asie de l’Est ne sont pas spécifiques à cette région. Comme ailleurs, les programmes de l’Unesco participent aux enjeux bien connus d’un certain soft power. Tout comme les initiatives nationales et locales, ils participent aussi à stimuler l’économie touristique et sont au cœur d’enjeux identitaires et idéologiques. Mais on peut identifier des spécificités qui s’entremêlent en Chine, en Corée et au Japon. C’est ce que nous proposions de discuter dans ce panel. En partant plus spécifiquement des actions portant sur le Patrimoine culturel immatériel, programme le plus en vogue aujourd’hui.
Cette présentation est divisée en deux parties. Tout d’abord il a été  question de la forme et des raisons de l’investissement de l’espace extrême oriental à l’Unesco. Puis dans un second temps nous avons examiné des initiatives patrimoniales en Chine.
Nous réfléchissons aux sources et aux implications des actions patrimoniales en Asie et notamment en Chine. On peut parler de « démesure » en raison de leur nombre, envergure et de l’investissement de l’Etat. A l’UNESCO la Chine, avec la Corée et le Japon totalisent le quart des éléments inscrits. Ces pays sont très actifs dans la promotion du PCI dont ils ont participé à façonner concepts et programmes. La Chine investit depuis 15 ans des sommes colossales pour fonder des structures ad hoc et soutenir des projets nationaux et locaux. Des « entrepreneurs du patrimoine » – fonctionnaire, membre du Parti, passionné, artisan – saisissent ces opportunités pour réaliser des projets de vaste envergure. A Yunyang, vestiges et temples ont été déplacés au chef-lieu reconstruit lors des travaux du barrage des Trois Gorges. Si la patrimonialisation à marche forcée de la Chine participe aux enjeux connus d’un certain soft power et d’une reconfiguration politique et idéologique au niveau national, elle a également des conséquences économiques et identitaires au niveau local. Nous interrogeons ces actions publiques et privées dans leur dimension de démesure ainsi que dans leurs conséquences concrètes. Chacune des deux échelles se répondent et apportent des éléments à l’analyse anthropologique.

 Communications sur la Chine

Yaodong Shaanxi

Yaodong Shaanxi

Par ailleurs, lors de ce congrès, plusieurs communications sur la Chine étaient au programme :

  • Anne Christine Trémon, «Vitesse, éternité et développement urbain. Les hétérotopies d’un village urbanisé de Shenzhen (Chine) »
  • Vincent Durand-Dastès, «Extrêmes de vertus et renversement de l’éthique dans le recueil «Les pierres hochent la tête » (Chine, XVIIe siècle)
  • Alain Arrault , «Contrôler et installer des divinités : l’usage des talismans dans la statuaire cultuelle du Hunan» (Chine, XVIe-XXe siècles)
  • Brigitte Baptandier, «Voyage au bout de l’enfer, la cure cosmique » (Chine)
  • Frédéric Keck,  «Hong Kong sentinelle de la grippe aviaire : les mesures de l’immunité »
  • Georges Favraud,  «L’économie cultuelle du Pic du Sud et la question du retour (Chine) »
  • Aude Lucas,  «Corps et gestes : incessants retours à la vie et rites de la mort dans la littérature populaire chinoise (XVIIe siècle) »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search