La relation soignants/soignés à l’épreuve de l’image

Appel à articles en vue d’un dossier thématique coordonné par Lucia Candelise, Sylvaine Conord, Nadine Michau et Gilles Remillet à paraître dans la revue Images du travail, travail des Images.

Argument

A en juger le nombre croissant de fictions dans lesquelles la maladie, le malade et les thérapeutes apparaissent comme des figures incontournables de nos sociétés contemporaines, les pratiques médicales semblent occuper de nos jours le devant de la scène médiatique (La maladie de Sachs M. Deville, 1990 ; In treatment, HBO, 2008 ; Le bruit des glaçons, Blier 2010, Hippocrate, Lilti 2014). En effet, la « santé à l’écran » (Lesoeurs 2003) est une thématique très largement prisée du grand public. Mais qu’en est-il lorsque les chercheurs en sciences sociales tentent d’approcher ces réalités à l’aide du film et de la photographie alors que l’anthropologie de la maladie et de l’anthropologie médicale ont déjà largement contribué à asseoir ces disciplines sur le plan théorique et ont livré des analyses anthropologiques désormais classiques.

Au-delà d’une dramaturgie de l’intime (Remillet 2013), sujet récurrent de nombreux films documentaires tels que La consultation (De Crecy 2009), Hospital (F. Wiseman, 1970), Les patients (C. Simon, 1989) et Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés (M.A. Roudil, S. Bruneau, 2006), rares sont ceux réalisés dans une perspective anthropologique et qui accordent aux soins du corps (Michau 2007), à la parole du malade et à celle du médecin une place importante (Candelise, Remillet 2014). On sait par ailleurs combien l’observation des pratiques de soins ainsi que le travail médical restent difficiles d’accès pour les chercheurs en sciences sociales, tant en milieu hospitalier (Vega 2000 ; Pouchelle 2003 ; Fainzang 2006) que dans le cadre de consultations privées (Sarrandon-Eck 2008).

Il paraît donc nécessaire d’opérer un retour par l’image sur les questions relatives aux régimes d’autorité et stratégies d’influences réciproques pensées du point de vue du patient comme de celui du thérapeute. Si les raisonnements médicaux, les gestes et la théâtralité des émotions travaillent de manière continue la relation thérapeutique, il s’agit d’interroger la manière dont les pratiques d’enquête fondées sur l’image et le son sont à même d’en livrer une compréhension renouvelée et d’en saisir la portée heuristique. Une réflexion centrée sur la méthodologie permettra d’aborder des questions relatives au travail médical, au rapport au corps malade, au langage des soignants et des soignés, aux représentations du corps sain et soigné. Il s’agit de questionner la représentation par l’image de la relation de soin considérée comme une relation sociale à part entière structurée par la permanente négociation des rôles, des statuts et des rites.

Lire la suite

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.