La Chine, les OMD et la société de petite prospérité

Malgré une apparente participation aux grandes opérations lancées par les organisations internationales comme celle des Objectifs du millénaire pour le développement, la Chine est toujours restée sur son quant-à-soi introduisant ses propres normes, élaborant ses propres objectifs et établissant son propre calendrier. C’est ainsi qu’elle a initié une stratégie en vue d’élaborer une société de petite prospérité s’opposant dans une certaine mesure à la vision de la Banque mondiale.

Thierry Pairault

Directeur de recherche émérite [CNRS / EHESS] - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine - UMR 8173 Chine, Corée, Japon

More Posts - Website


Thierry Pairault

Directeur de recherche émérite [CNRS / EHESS] - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine - UMR 8173 Chine, Corée, Japon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search