Visite au château de Champs-sur-Marne

Compte rendu rédigé par John Finlay, chercheur associé au CECMC, de la visite au château de Champs-sur-Marne du Groupe de travail sur les missionnaires en Chine le 4 mars 2015.

Le 4 mars, le groupe de travail sur les missionnaires en Chine a visité le Château de Champs-sur-Marne. La visite, organisée par Isabelle Landry-Deron CECMC EHESS, a été guidée par M. Défendin Detard, Professeur agrégé d’histoire-géographie et Professeur relais au château, que nous remercions pour son obligeance et les précisions qu’il nous a fournies. Cette maison de plaisance, construite entre 1703 et 1707 (à la fin du règne de Louis XIV) pour le financier Paul Poisson de Bourvallais (d. 1719), est connue pour sa conception architecturale qui a influencé beaucoup d’autres demeures d’Ile-de-France et l’aménagement des jardins. Pour le groupe de travail, certains aspects du château liés aux rencontres entre la France et la Chine revêtent une importance particulière. Deux salles ont conservé leur décor de chinoiserie originale peinte, une autre salle contient une importante tapisserie de Beauvais du début du XVIIIe siècle, également dans le style chinoiserie. Partout dans le château, on voit des exemples importants de porcelaine chinoise recueillies par ses propriétaires à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Le Salon chinois – l’ancien « grand cabinet » ou « salon d’assemblée » – au rez de chaussée a été décoré avec des scènes exotiques d’un Orient imaginé par Christophe Huet (1700-1759) autour de 1748-1749. Les panneaux de menuiserie ont été décorés avec des scènes bizarres de figures chinoises qui mélangent les détails prétendument chinois avec des turqueries dans une série de saynètes imaginaires dont les sujets sont propres à une maison de plaisance : jardinage, pêche, chasse, jeu, amour. Dans certains panneaux, les personnages sont remplacés par des singes en costumes chinois – exemples des soi-disant singeries – dans un style typique de la période qui ajoute une couche supplémentaire de fantaisie. Ces peintures décoratives importantes reflètent une connaissance superficielle de la Chine, tout en montrant les stéréotypes sur les Chinois tels que les Européens les imaginaient au XVIIIe siècle. « Le Cabinet en camaïeu », à l’origine un cabinet de toilette, a été aussi décoré par Huet à la même époque. Ici la décoration ajoute un élément « chinois » supplémentaire, car dans cette petite pièce la décoration est peinte en bleu et blanc en imitation des couleurs de la porcelaine chinoise des dynasties Ming et Qing, objets très prisés à l’époque.

Des éléments de chinoiserie sont au premier plan dans une tapisserie importante actuellement exposée dans la pièce dénommée « le Fumoir ». La tapisserie intitulée « L’Empereur en voyage » (ou « Le Prince en voyage ») provient d’une tenture de neuf tapisseries connues sous le nom de « Première tenture de l’Empereur de Chine ». Produits à la manufacture de tapisserie de Beauvais, les tissages datent du dernier quart du XVIIe siècle au commencement du XVIIIe siècle. L’histoire de la série est complexe, et plusieurs tissages différents sont connus aujourd’hui. « L’Empereur en voyage » représente l’empereur Kangxi (r. 1661-1722) sur un palanquin porté par quatre serviteurs et suivi de membres de la cour impériale, à cheval et à pied. Dans le fond, une pagode élevée domine les bâtiments d’une petite ville. À droite, on reconnaît la silhouette du missionnaire jésuite Johann Adam Schall von Bell (1592-1666), premier Président du Bureau impérial d’astronomie, qui gravit les marches d’un temple d’idoles. Le sanctuaire semble contenir trois statues d’or, ainsi que deux figures qui sont peut-être des prêtres, et, dans un premier étage, ce qui semble être un Bouddha assis.

C’est la tapisserie qui a suscité la discussion la plus animée parmi les membres du groupe. La représentation du missionnaire Schall von Bell, qui porte la robe d’un mandarin de la cour, est basée sur son portrait gravé dans le China monumentis qua sacris qua profanis d’Athanasius Kircher (première édition publiée à Amsterdam en 1667). Le missionnaire tient un astrolabe, signe que l’Occident entre en Chine grâce à l’astronomie. Le port de la robe mandarinale indique aussi la stratégie des Jésuites d’intégrer la hiérarchie de la cour impériale et de suivre les coutumes des fonctionnaires lettrés de l’Empire du Milieu. Le temple derrière Schall est peut-être dérivé de gravures publiées dans le livre de Johannes Nieuhof, L’ambassade de la Compagnie Orientale des Provinces Unies vers l’empereur de la Chine, ou Grand Cam de Tartarie . . . (dont la première édition française est publiée à Leyde en 1665). La pagode que nous voyons au fond dans la tapisserie contient aussi un écho de la « Pagode de porcelaine de Nankin », un bâtiment extraordinaire qui a saisi l’imagination des Européens dès le XVIIe siècle comme un symbole de la Chine elle-même. L’image de la Chine présentée dans la tapisserie mélange détails précis de faits historiques avec des éléments de décor « à la chinoise », c’est-à-dire de la chinoiserie.

Les porcelaines chinoises qui sont exposées dans presque toutes les salles représentent une des dernières étapes de l’histoire du château. Acheté par le comte Louis Cahen d’Anvers en 1895, le château a été restauré autant que possible pour retrouver son état du XVIIIe siècle, et, suivant le goût du jour, sa femme Louise a décoré la demeure avec sa collection de porcelaines chinoises. La grande majorité des pièces sont peintes à décor d’émail en couleurs sur glaçure (dans les styles dites « famille rose » et « famille verte ») ainsi que le décor classique peint en bleu de cobalt sous la glaçure. L’exemple le plus important est une paire de potiches couvertes qui datent de la dynastie des Ming (XVIIe siècle). Ces porcelaines massives sont actuellement installées sur l’«Escalier d’honneur». La décoration reproduit le style de paysages peints par les peintres lettrés chinois. On y voit diverses scènes de petits pavillons, d’arbres et de rochers, de figures sur le rivage, de petits bateaux, et même une pagode éloignée – encadrées par des rochers énormes. Le décor européen et les porcelaines chinoises que le groupe a vus et discutés à Champs-sur-Marne illustrent deux phases importantes de l’histoire des rencontres entre la France et la Chine. Les chinoiseries et les singeries évoquent un empire fantaisiste, tandis que les porcelaines représentent une connaissance des arts de la Chine. L’ensemble du décor actuel du château nous invite à imaginer la mentalité particulière du XIXe siècle cherchant à recréer le XVIIIe siècle.

Sources consultées :

Centre des Monuments Nationaux, Direction Scientifique – Département de la conservation des collections, Château de Champs-sur-Marne, Collections de céramiques : Liste des objets, janvier 2014.

Centre des Monuments Nationaux, Dossier thématique : « L’ailleurs dans l’art » au domaine de Champs-sur-Marne, époques révolues et pays lointains (document non daté).

Centre des Monuments Nationaux, L’Orient, entre réalité et fantasme au château de Champs-sur-Marne, Outil d’exploitation (document non daté).

Sourisseau, Anne-Marie, « Les Astronomes, » cat. no. 10 dans Marie-Laure de Rochebrune (éd.), La Chine à Versailles: Art et Diplomatie au XVIIIe Siècle (Paris : Somogy Éditions d’Art, 2014), p. 46-47.

Standen, Edith A., « The Story of the Emperor of China: A Beauvais Tapestry Series », Metropolitan Museum Journal, Vol. 11 (1976), p. 103-117.

 

Groupe de travail avec M. Défendin Detard

 

Salon chinois

Détail du salon chinois. La chasse à l’autruche et jeux d’enfants

 

Cabinet en camaieu

Détail du Cabinet en camaïeu

 

« L’empereur de Chine en voyage » (ou « Le Prince en voyage »), extrait de la première tenture de l’Empereur de Chine, tapisserie de Beauvais (dernier quart du XVIIe siècle –commencement du XVIIIe siècle), d’après un carton attribué à Jean-Baptiste Monnoyer (1634-1699), Jean Baptiste Blin, et Guy Louis Vernansal.

 

 

Vase décoratif chinois, époque Ming (XVIIe siècle), cote : PLW13-0360

 

 



Citer ce billet
Monique Abud (2015, 30 mars). Visite au château de Champs-sur-Marne. Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mf2z

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search