Entre la Chine et l’Europe : l’œuvre de Jean-Denis Attiret (1702-1768) missionnaire et peintre à la cour de Chine

Intervention de Charlotte Pageot (doctorante, Université Rennes 2/Université Fudan), dans le cadre du groupe de recherche «Circulation interactive des savoirs».

La dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) a valorisé une forte pluri-culturalité sur le territoire chinois et la cour s’est montrée particulièrement réceptive aux techniques européennes. Dans le domaine de l’art, des assimilations visaient à créer une nouvelle identité, faisant à la fois montre de l’héritage chinois et de la maîtrise des savoirs occidentaux. Dans cette démarche l’empereur s’est directement fait aider de talents européens, pourtant a priori hostiles. Quels étaient les modalités et les enjeux de cette inter-culturalité? C’est ce qu’il faudra dégager de l’étude de l’œuvre de Jean-Denis Attiret, missionnaire et peintre à la cour de Chine.

Jean-Denis Attiret, formé en France, puis en Italie, intègre la Compagnie de Jésus en 1735 alors qu’il est déjà âgé de 33 ans. Il rejoint la Mission française de Pékin en 1738, dans un contexte très défavorable aux missions chrétiennes présentes en Chine. Grâce à ses talents de peintre, il intègre l’Académie impériale et sert l’empereur Qianlong (r. 1735-1796) auprès du missionnaire italien Giuseppe Castiglione (1688-1766) et de nombreux peintres chinois. Ensemble, ils œuvrent à la conciliation des deux traditions picturales européenne et chinoise, et, directement soutenus par l’empereur, mettent leur talent et leur enseignement au profit de la création d’un style propre à l’Académie dédié à la gloire de l’empire mandchou.

Dès son arrivée en Chine, Attiret est encouragé par l’empereur et les peintres de l’Académie à se former aux techniques picturales chinoises. Cette période d’apprentissage dure près de dix ans pendant lesquelles Attiret se voit contraint d’acquérir un nouveau style et de nouvelles techniques. Cette formation à la peinture chinoise permet cependant au jésuite d’intégrer peu à peu l’équipe de peintres de la cour et ainsi de participer aux grands projets commandés par l’empereur. Attiret a notamment travaillé à l’élaboration d’un programme décoratif dans l’un des palais d’été (aujourd’hui en ruines), il est également à l’origine de plusieurs œuvres dédiées aux différentes salles des multiples résidences impériales et il a réalisé pour l’empereur plusieurs séries de portraits et de paysages (disséminées dans des collections publiques et privées à travers le monde).

L’œuvre d’Attiret en Chine est intégrée pour grande part dans la production des ateliers du palais. Le peintre a, cependant, également produit d’autres œuvres en dehors de la cour, pour des particuliers et pour la Compagnie de Jésus. Cette partie de sa production, presque entièrement disparue aujourd’hui, est la plus méconnue et la plus difficile à identifier. Les sources missionnaires de cette époque sont cependant d’un grand secours pour comprendre cette portion de son œuvre.

Il s’agira de reconstituer l’œuvre du peintre, récepteur et transmetteur des deux cultures, la place et le rôle qu’il a tenus au sein des ateliers impériaux et, secondairement, de faire apparaître les modalités administratives par lesquelles l’empereur intervenait dans la création artistique et la marge créative dont disposait le jésuite au sein des ateliers du palais.

Nécessitant accès à la fois aux archives françaises et chinoises, aucun travail n’a encore été mené sur cette personnalité importante pour les échanges culturels entre l’Europe et la Chine. Le projet participera ainsi au récent regain d’intérêt pour l’art de cour en Chine (cf. Nie, Pirazzoli, Lai, Chen) tout en valorisant l’œuvre de Jean-Denis Attiret.

Ce projet de thèse s’inscrit dans une démarche civilisationnelle orientée vers l’histoire de l’art et du christianisme en Chine et des interactions culturelles entre la Chine et l’Europe. Il nécessitera un long travail sur les sources textuelles et iconographiques. Il faudra par ailleurs, procéder à l’historiographie du domaine en Occident et en Chine et constituer un corpus de textes et d’images qui aboutira à l’authentification critique et l’analyse des œuvres retrouvées. Le corpus de documents sur lequel ce projet s’appuie sera formé : d’abord, des lettres de Jean-Denis Attiret et de sa famille qui appartiennent à un fonds privé et qui, pour une grande partie, n’ont pas été encore éditées jusqu’à ce jour ; ensuite, des lettres ou publications des missionnaires contemporains du peintre et qui offrent un témoignage direct de son œuvre ; puis, des documents d’archives du palais, cette documentation, publiée récemment, est riche de détails et donne une image réaliste de la production des ateliers du palais et de celle du missionnaire français ; enfin, des documents iconographiques, retrouvés dans les musées d’Europe et de Chine, directement de la main d’Attiret, de ses disciples ou partenaires, montrant les caractéristiques de son œuvre et son influence à la cour. Ce corpus sera analysé à l’aide d’une base de données qui cherchera, par la recherche des éléments graphiques (dessins, peintures et gravures) et leur confrontation aux sources textuelles (notamment les archives impériales), à analyser la réalité de l’œuvre du missionnaire.

Le projet est rattaché à l’axe “Chine” de L’ERIMIT et sera encadré par Cédric Laurent. Il s’insère également dans le programme de recherche sur les échanges entre l’Europe et la Chine du National Institute for Advanced Humanities Studies, Université Fudan (Shanghai). Une cotutelle internationale avec le National Institute for Humanities Studies (Dong Shaoxin) permettra de travailler avec une équipe de chercheurs spécialisés sur ces thématiques.

Date

  • 21 janvier 2015

Lieu

  • EHESS, salle Elisabeth Allès 681, 190-198 avenue de France – 75013 Paris

 



Citer ce billet
Monique Abud (2015, 20 janvier). Entre la Chine et l’Europe : l’œuvre de Jean-Denis Attiret (1702-1768) missionnaire et peintre à la cour de Chine. Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mezp

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

2 réponses

  1. Le Guillou Alain dit :

    Bonjour,
    Je découvre par hasard votre travail sur les Jésuites en Chine et F. Attiret qui m’intéresse moi aussi.
    Je travaille sur le peintre André-Claude Boissier (Nantes 1760- Château-Gontier 1833). D’abord révolutionnaire il peignit ensuite pour l’Eglise et la bourgeoisie. Je lui consacre une biographie. Or, vers 1812 (date supputée par moi), deux de ses tableaux, une Assomption et une Apothéose de St Vincent de Paule (sic) ont été envoyés au Palais de l’Empereur de Chine, peut-être par l’armement nantais Dobrée.
    Auriez-vous quelque documentation à ce sujet ?
    Si mon travail, à ce propos vous intéressait, je me ferais un plaisir de vous en communiquer la teneur.
    Bien cordialement.
    Alain Le Guillou
    http://www.apeo.asso.fr leguillou.isal@wanadoo.fr 02 43 37 75 62

  2. Monique Abud dit :

    Bonjour,
    Je vous suggère d’entrer en contact avec l’intervenante, Charlotte Pageot (doctorante à l’université de Rennes). Vous pouvez consulter la page du projet “Circulation des savoirs” pour de plus amples informations : http://cecmc.ehess.fr/index.php?2720
    Bien cordialement,
    Monique Abud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search