De la tour du Chien jaune perdu au musée de la catastrophe

Le Mentec, Katiana. «De la tour du Chien jaune perdu au musée de la catastrophe. Un « fantasme » pour penser l’universel et le local à l’Expo Shanghai 2010». In : Baptandier, Brigitte et Sophie Houdart. Ethnographier l’universel : Shanghai 2010, « Better city, better life »,  Nanterre : Société d’ethnologie, 2015, pp.  251-282. (Coll. « Recherches sur la Haute Asie » ; 21).

Chien-jaune--in-situ

©François Scali ©Aurèle

Dès 2006, les médias français font l’écho d’un projet proposé par l’architecte Scali et le plasticien Aurèle pour l’Expo Shanghai 2010. La tour du Chien jaune perdu est un bâtiment en forme de bull-terrier hébergeant un musée dénonçant et annonçant les catastrophes. Bien en amont de l’Expo, ce projet a eu une existence publique mais n’a pas été réalisé. Cet article analyse son parcours et examine les différentes manières dont cet objet architectural et muséal a été présenté, les réactions qu’il a suscitées ainsi que les enjeux au sein desquels il s’est intégré. Dans un premier temps, le texte montre que la forme architecturale et que le message dont elle est porteuse en a fait, en France, un objet considéré comme approprié dans le cadre d’une exposition universelle dont sont attendues des formes démesurées et des discours critiques à la portée universaliste. C’est ensuite le point de vue chinois qui est traité. Le texte décrypte comment le comité d’organisation de l’Expo a saisit l’extravagance architecturale de ce projet pour stimuler la « construction de la culture artistique de Shanghai », avant l’Expo. Dans un troisième temps, l’article discute l’œuvre qu’Aurèle réalisa finalement pour l’Expo au pavillon de la France : un chien végétal. Dans ce cadre, l’œuvre fut réappropriée comme un objet ludique vidé de son contenu pédagogique et contestataire. La conclusion propose une réflexion sur les “fantasmes” de l’exposition universelle, à la fois sur l’existence virtuelle de projets architecturaux et réflexifs et les malentendus en présence lors de ces rencontres internationales.

 Voir aussi

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search