Ce que la dimension virtuelle apporte à l’étude de la société chinoise

Présentation d’Aurélie Bayen pour l’ atelier des doctorants du CEMS, le 5 février 2015.

Analyser ce que la virtualité réelle décrite par Manuel Castells apporte aux internautes en Chine en termes de domination et d’aliénation par les nouvelles technologies permettra de présenter ce qu’est réellement la cyberclasse  internaute, constituée d’une classe moyenne plurielle émergente, citadine et éduquée. Nous verrons qu’elle se trouve en effet séduite par cette connectivité symbole de modernité, mais qu’elle en devient contrainte, par cette réflexivité, de s’autocensurer pour faire preuve de « modernité » et agir par des comportements civiques n’ayant peu ou pas d’impact politique. L’internet fournit certes un moyen d’expression et d’information inespéré pour les citoyens, mais les outils technologiques dont ils s’emparent les cloisonnent bien souvent par groupe d’appartenance socio-économique. Ce phénomène de cloisonnement social dans l’espace public virtuel rend difficile une éventuelle coalition de leurs revendications ; en témoignent les échecs répétés de la Charte 08 ou de l’appel à la révolution de Jasmin en 2011. Le pacte social passé entre les autorités et les citoyens les poussent à devenir plutôt des NIMBY cherchant à défendre leur intérêt de groupe sous couvert de défendre l’intérêt général (cf. la réforme du hukou au travers de l’affaire Sun Zhigang en 2003).


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *