Introduction de l’ouvrage de Lucien Bianco

La récidiveIntroduction de

Bianco, Lucien. La récidive : révolution russe, révolution chinoise. Paris : Gallimard, 2014. 517 p. (Coll. “Bibliothèque des histoires”). ISBN : 978-2-07-014698-7.

Le titre a tout l’air d’une provocation : après s’en être inspiré, la révolution chinoise a critiqué le modèle soviétique et dénoncé la dégénérescence «révisionniste » d’un modèle renié. Elle lui a opposé une « voie chinoise », seule révolutionnaire, qu’elle a à son tour érigée en modèle.
Plus que les prétentions du disciple – Mao en l’occurrence – importent le contraste entre les projets révolutionnaires et la disparité de la situation initiale des deux pays où sont nés ces projets. À la traîne, obsolète, le régime tsariste ? Certes, au même titre que la Cacanie de Musil, mais la Russie n’en fait pas moins partie de l’Europe. À l’instar de Marx et d’Engels, les révolutionnaires russes se soucient du sort de l’humanité entière : ils veulent créer un monde juste et fraternel et ne conçoivent pas – initialement – qu’un projet aussi grandiose puisse se limiter à leur pays arriéré et s’y épanouir. La motivation fondamentale des révolutionnaires chinois est particulière, non universelle : elle se préoccupe de la nation chinoise, non de l’humanité. En ce sens, elle ressemble moins à celle de Marx et Lénine qu’à celle de Hitler. Cela dit non pour choquer derechef (disons Déroulède ou Barrès pour faire plus anodin), mais pour situer d’emblée leur objectif. Ils veulent moins réformer le monde que le rééquilibrer au profit de leur vieille nation. L’oppresseur qu’ils combattent n’est pas le capitalisme autochtone, c’est l’impérialisme et son appendice économique : le capitalisme exogène qu’il a transplanté dans la « semi- colonie » chinoise. Lénine s’est fabriqué un bon argument (L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme) pour reconnaître comme siens ces nationalistes. De leur côté, une fois convertis non au marxisme, qu’ils ne connaissent guère, mais à la recette léniniste de prise de pouvoir et de transformation d’un pays arriéré, ils finiront par absorber la potion « marxiste- léniniste » et par intérioriser le credo social. Ils ajoutent donc – en second – le bien- être des masses à leur visée primordiale : la grandeur de la nation.

Introduction de Lucien Bianco en format PDF

Feuilleter le début du livre sur le site de Gallimard

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.