Compte rendu : Taïwan, île de mémoires

Taïwan à la croisée des mémoires. Lettres de Taïwan, 8 août 2014. En ligne : http://lettresdetaiwan.com/2014/08/09/taiwan-a-la-croisee-des-memoires/(Consulté le 10 août 2014)

Dans la présentation qu’il fait de l’ouvrage en quatrième de couverture, Gregory B. Lee, professeur d’études chinoises et transculturelles à l’Université de la Ville de Hongkong, laisse entendre que Taiwan, île de mémoires a pour objectif de relater l’histoire de Taiwan. Certes, les contributions recueillies par les universitaires françaises Samia Ferhat et Sandrine Marchand suivent un parcours chronologique, depuis le moment où, en 1887, l’île est élevée au rang de province chinoise par la dynastie Qing (1644-1911) jusqu’à l’époque contemporaine. Pourtant, on n’a pas affaire ici à une chronique historique. D’ailleurs, aucun historien ne figure parmi les neuf auteurs ayant collaboré à l’ouvrage.

C’est une autre approche qu’adoptent ces chercheurs en sciences sociales taiwanais, français et britannique. Ils s’attachent à analyser les représentations du passé qui coexistent dans la société taiwanaise contemporaine, chacune d’elles reflétant, bien souvent, la conception que les différents groupes de population se font de l’avenir du territoire. La mémoire collective des Taiwanais, incroyablement diverse et fragmentée, est l’objet de cet ouvrage et chaque auteur en explore une des multiples facettes.

Mémoire collective

Selon la sociologue de la mémoire Marie-Claire Lavabre, dont les travaux, à la suite de ceux de Maurice Halbwachs, servent de cadre théorique à cette entreprise, la mémoire collective se constitue par « un travail d’homogénéisation des représentations du passé », à l’intersection de la « mémoire historique » (ou mémoire officielle) et de la « mémoire vive », cette dernière étant définie comme le souvenir transmis de ce qui a été vécu. Ce travail de transmission et de sélection mémorielle s’effectue principalement au sein de « communautés affectives », au premier rang desquelles figure la famille.

Lire la suite sur Lettres de Taïwan

Voir aussi

 

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search