Wu Huiyi, chercheuse associée au CECMC

photo Wu Huiyi 2Le conseil d’équipe a accepté la demande d’association de Wu Huiyi 吴蕙仪 comme chercheuse associée au CECMC, lors de sa réunion du 23 juin 2014.

Wu Huiyi est actuellement post-doctorante au au Needham Research Institute (NRI) (Cambridge, Royaume Uni), et poursuit sa recherche sur la circulation des savoirs entre la Chine et l’Europe entre le XVIIe et le XVIIIe siècle.
Wu Huiyi a d’abord été formée comme traductrice professionnelle  à l’ESIT  (École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs)  avant d’entamer une thèse d’histoire sous la co-tutelle enre l’Université Paris Diderot et Istitutot Italiano di Scienze Umane (Florence), dans le cadre du programme doctoral européen «l’Europe et l’Invention de la Modernité». Intitulée «Traduire la Chine au XVIIIe siècle: les jésuites traducteurs de textes chinois et la reconfiguration des connaissances européennes sur la Chine (1687-ca. 1740)», soutenue en 2013, cette thèse a reçu le Prix de thèse interdisciplinaire de l’Institut des Humanités de Paris et sera publiée par les Éditions Honorés Champion.
Wu Huiyi vient de publier un article intitulé « Les traductions de F.-X. Dentrecolles, S.J. (1664-1741) : localité et configuration des savoirs », in C. Jami (éd.), Mobilités humaines, mobilité des savoirs et des pratiques, dans le numéro spécial d’Extrême-Orient-Extrême-Occident (vol. 36, 2013).

A paraître

  • « The circulation of linguistic knowledge in the Chinese mission at the turn of the 18th century », in A. Chen T.-M. (éd.), Conference proceedings of the 11th International Symposium on the History of the Catholic Church in China, Ferdinand Verbiest Institute of Katholieke Universiteit Leuven, à paraître en 2014.
  • « Entre curiosité et utilité : considérations sur le corpus de traductions botaniques dans les Lettres édifiantes et curieuses et la Description de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise », in L. Hilaire-Pérez & P. Gonzalez Bernaldo (éd.), Les savoirs-mondes: mobilité et circulation des savoirs, du Moyen-Âge au XXIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître en 2014.
  • « Quand le traducteur se fait visible : essai d’analyse sur les notes de traducteurs dans la Description de l’Empire de la Chine de J.-B. Du Halde (Paris, 1735) », in R. Lanselle & A. Cazé (éd), Translation in an International Perspective: Cultural Interaction and Disciplinary Transformation, Berne, Éditions Peter Lang, à paraître en 2014.

Liens

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search