Silicon Valley à Taiwan et en Chine populaire et patrimoine photographique en Corée

ATELIER DES DOCTORANTS DE l’UMR 8173 Chine Corée Japon

Date

Mardi 13 mai 2014, 16h-19h

Lieu

EHESS, 190, Avenue de France, 6e étage, salle 681

 Ai Chi-Han, Une comparaison du développement de deux agglomérations industrielles: parc scientifique de Hsinchu situé à Taiwan et parc de haute technologie de Zhangjiang localisé à Shanghai

Au cours des dernières années, le phénomène « siliconisation» est devenu un élément essentiel dans le développement de l’économie régionale dans le monde entier (Wei et al, 2009). Encouragés par le succès du développement de la Silicon Valley aux États-Unis, Sophia Antipolis en France, et de la Cité des Sciences de Tsukuba au Japon dans les années 1970, les Chinois et les Taïwanais ont commencé à mettre en place des zones de développement dans les années 1980 pour stimuler les industries locales. Il y a deux objectifs à la mise en place des parcs de hautes technologies, parcs scientifiques ou bien encore agglomérations industrielles. Premièrement les gouvernements veulent attirer les investissements étrangers en mettant en œuvre des politiques préférentielles. Le deuxième objectif est de favoriser le développement des sociétés locales en agglomérant les entreprises ce qui leur permet de partager plus efficacement les connaissances et de coopérer. Dans notre intervention, nous comparerons la différence d’évolution de deux agglomérations, Hsinchu (Taiwan) et Zhangjiang (Chine), où des parcs de développement ont été implantés.

AI Chi-Han est étudiante en doctorat en territoires, sociétés et développement sous la direction de François Gipouloux. Elle est également assistante de recherche dans le projet Urbachina. Son étude se focalise sur le développement de parcs scientifiques à Taïwan et en Chine. Elle s’intéresse aussi au développement de technopoles en France, notamment Sophia Antipolis.

Hye-Sung Ahn, La patrimonialisation de la photographie en Corée du sud

En Corée du Sud, les études photographiques retiennent depuis peu l’attention des chercheurs, des historiens, des institutions muséales et des universités. Sur le plan patrimonial, l’intérêt pour les fonds photographiques sud-coréens se manifeste d’un point de vue historiographique et archivistique. Ces fonds offrent un point de vue singulier sur plusieurs périodes et apportent une vision différente et complémentaire des sources écrites. Le développement de cet intérêt pour le domaine de l’image  entraîne une patrimonialisation de la photographie et donne à celle-ci un nouveau statut. La recherche que je souhaite mener porte donc sur ce processus de patrimonialisation de la photographie en Corée du sud.

Je m’inspire en particulier des travaux de Nathalie Heinich (sociologue des valeurs) et cherche à décrire et analyser les processus – institutionnels, mentaux, sociologiques – par lesquels, en terrain sud-coréen, l’objet « photographie » commence à acquérir un statut patrimonial. Cette dynamique suscite l’apparition de nouvelles valeurs patrimoniales en lien avec un usage social du patrimoine et contribue ce faisant à la conservation, à la diffusion et à la transmission de valeurs symboliques partagées. Travaillant à cette recherche depuis la France, je tirerai du cas de la patrimonialisation française des repères pour lire l’évolution de la dynamique coréenne de ses débuts jusqu’à nos jours.

Hye-Sung AHN est doctorante en histoire et civilisation à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales sous la direction d’Alain Delissen et membre du Centre de Recherches sur la Corée de l’UMR 8173. Parallèlement, elle travaille en tant que restauratrice du patrimoine, spécialisée en photographie, à l’Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la Ville de Paris (ARCP) au sein de la direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris (DAC).

 

Les ateliers des doctorants ont lieu le deuxième mardi du mois, à partir de 17h, dans la salle 681 au 190, Avenue de France. Pensés pour être un lieu de discussion sur les recherches en cours et les expériences de terrain des étudiants, ils s’adressent à tous les étudiants de l’UMR, mais aussi aux autres collègues qui souhaiteraient y assister ; pour informations : Alain Arrault, arrault.alain@yahoo.com ; Michela Bussotti, michela.bussotti@efeo.net.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine