Health and Hygiene in Chinese East Asia

Compte-rendu de Luca Gabbiani, chercheur associé au CECMC :  Angela Ki Che Leung et Charlotte Furth (éds.), Health and Hygiene in Chinese East Asia: Policies and Publics in the Long Twentieth Century,Durham, Londres, Duke University Press, 2010, 338 p. Perspectives chinoises 2014, 1, p. 72-73

Fruit d’une initiative d’Angela K. Leung et de Charlotte Furth, qui en a rédigé l’introduction, ce recueil regroupe dix articles de chercheurs taïwanais (6), chinois (2) et américains (2). Il se clôt par une postface de Warwick Anderson, professeur à l’université de Sydney, dont la contribution vise à élargir les perspectives en replaçant la problématique générale dans le cadre de l’évolution historiographique des dernières décennies. La forte représentation de chercheurs chinois et plus encore taïwanais parmi les auteurs témoigne de l’importance qu’a prise la problématique de la santé dans la réflexion historiographique et des sciences sociales en général dans cette région du monde au cours des dernières décennies, un mouvement qui doit évidemment beaucoup aux travaux pionniers qu’a menés Angela Leung dans ce domaine depuis plus de trois décennies maintenant.

Comme le résume Furth dans son introduction, l’objectif de l’ouvrage est d’éclairer « le contexte scientifique et politique de l’élaboration et de la mise en œuvre de mesures de santé publique » (p. dans cette partie orientale de l’Asie longtemps influencée, sur les plans linguistique, intellectuel et culturel, mais aussi économique et politique, par la Chine. La période envisagée recoupe grosso modo le siècle et demi qui nous sépare, aujourd’hui, de l’introduction des premières notions « modernes » d’hygiène et de santé publique dans cette région du monde, sous la houlette du mouvement d’expansion coloniale des grandes nations d’Europe occidentale à compter de la deuxième moitié du xixe siècle. Au cœur de la réflexion figure donc la notion de santé publique, rendue par le binôme eisei en japonais et weisheng (衛生) en chinois, que Ruth Rogaski, auteur d’une des contributions de ce volume, a popularisé dans les milieux sinologiques anglo-saxons sous la forme de l’expression « modernité hygiénique »  (hygienic modernity)1, reprise sans autre forme de procès à travers l’ouvrage.

Prenant leurs distances avec la tradition historiographique de langue anglaise longtemps dominée, dans son approche du cas de l’Inde en particulier, par l’entreprise coloniale et les liens étroits qu’elle a entretenus avec le concept de nation et le discours développé autour de l’essor de la médecine moderne, Furth, Leung et leurs auteurs s’efforcent de « compliquer » l’ensemble du tableau : sans ignorer la dynamique coloniale et son attribut « civilisateur », les uns et les autres cherchent avant tout, à travers une série d’études précises et limitées en envergure, à porter l’éclairage sur les multiples niveaux d’interaction qui, au cours de cette période charnière, se juxtaposent au sein du processus d’extension de la santé publique en Asie orientale. Aux sphères nationales et coloniales se surajoute ainsi celle transnationale – où figurent au premier chef les organisations internationales, qu’elles fussent gouvernementales ou non. Cette diversification des échelles d’analyse permet notamment de reconsidérer la chronologie ordinairement proposée du processus. Et dans le domaine de la « science » – ici en particulier médicale –, plutôt qu’à une disparition pure et simple des savoirs dits traditionnels, pourtant très clairement en butte au formidable défi de la modernité et du discours triomphaliste l’accompagnant à l’époque, les études réunies dans ce volume attestent d’une forme complexe d’adaptation et de transformation, qui remet salutairement en cause l’habituelle et radicale séparation entre connaissances dites scientifiques et pratiques (sinon « superstitions ») traditionnelles.

Lire la suite sur Revues.org

Angela K.C. Leung </a>a fait sa thèse à l’EHESS en 1980 sous la direction de Lucien Bianco. “La coopération agricole en Chine dans les bases communistes pendant la guerre anti-japonaise (1937-45)”. Paris, E.H.E.S.S.

Plus d’information sur le parcours d’Angela K.C. Leung

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search