Regards sur le politique en Chine aujourd’hui

eoeoSébastien Billioud et Joël Thoraval La Chine des années 2000 : Regards nouveaux sur le politique Texte de l’article en format Pdf

Numéro 31 d’ Extrême-Orient Extrême-Occident, Presses universitaires de Vincennes,  Université de Paris 8 (ISSN : 0754-5010)

Sommaire de la revue

  • Lee Ming-huei,  Culture et démocratie : réflexions à partir de la polémique entre libéraux taiwanais et néo-confucéens contemporains
  • Qin Hui, La culture traditionnelle aujourd’hui : un devoir d’inventaire pour penser le politique
  • Jiang Qing, Le confucianisme de la «Voie royale», direction pour le politique en Chine contemporaine
  • Gan Yang, Prendre en compte la continuité historique pour penser le politique aujourd’hui
  • Liu Xiaofeng, Léo Strauss et la Chine: une rencontre autour de l’ethos classique
  • Wang Hui, «Politique de dépolitisation» et «caractère public» des médias de masse
  • Regard extérieur : Emmanuel Terray, La démocratie et ses limites

«En présentant un ensemble de textes récents d’auteurs chinois qu’ils avaient sollicités pour contribuer à une réflexion sur « le politique aujourd’hui en Chine », les deux responsables de ce numéro sont conscients des obstacles que peut rencontrer leur compréhension chez le lecteur français. Ces difficultés tiennent à trois circonstances.

En dépit de la grande diversité de leurs perspectives, la majorité des six auteurs ici réunis ont en commun le désir d’intervenir moins en spécialistes d’une discipline académique qu’en tant qu’intellectuels engagés. S’ils sont par ailleurs également les auteurs d’études répondant aux normes académiques habituelles, ils ont choisi de proposer ici des contributions qui occupent en quelque sorte une position intermédiaire entre la discussion scientifique et le débat politique, en restant sensibles à la multiplicité des mouvements sociaux qui agitent aujourd’hui la société chinoise. Ces textes de combat portent donc nécessairement la marque du style et de la personnalité de leurs auteurs.

Il faut d’autre part prendre en compte les spécificités de l’espace où se trouvent confinés les débats intellectuels aujourd’hui en Chine. Son caractère essentiel est probablement ce que l’on pourrait nommer aussi bien « l’omni-absence » que l’omniprésence de l’appareil idéologique communiste. Cette circonstance confère parfois une certaine irréalité au débat puisque, si le Parti n’y est presque jamais présent « en personne », par le truchement d’un idéologue clairement assigné à cette fin, il ne cesse de le surdéterminer en permanence, serait-ce de manière négative. En conséquence, à l’exception de la contribution de l’intellectuel taïwanais Lee Ming-huei, qui jouit des conditions d’une société démocratique, les textes ici présentés sont souvent remarquables par leurs omissions ou par leur caractère allusif. On verra que le langage crypté de certains peut être le simple effet de la nécessité ou obéir au contraire à des stratégies délibérées.

Mais il est une difficulté supplémentaire dont il faut également tenir compte. Il est en effet remarquable, et c’est sans doute une des caractéristiques de ces années 2000, que la plupart de ces intellectuels éprouvent le besoin de légitimer leurs positions théoriques par des références croissantes à la longue tradition culturelle et intellectuelle de la Chine, qu’il s’agisse de s’en réclamer ou de prendre ses distances avec elle. Le lecteur français voit donc sa lecture rendue parfois malaisée par de multiples références faites à l’histoire ou à la pensée de la Chine impériale, alors même que les enjeux restent contemporains.

En conséquence, il ne s’agira pas ici de proposer un tableau synthétique sur l’état de la réflexion politique aujourd’hui en Chine. Cela ne serait du reste pas possible, compte tenu des choix opérés dans la sélection des articles, sur lesquels la conclusion de ce texte apportera des précisions nécessaires. On se consacrera donc à une tâche plus modeste : rendre le plus lisible possible les contributions des intellectuels chinois présentés dans ce recueil, en retraçant les contextes, en explicitant allusions et références et en offrant, de manière au moins provisoire, quelques réflexions sur les multiples dimensions de cette pensée chinoise du politique au cours de la présente décennie».

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search