Le paradigme alimentaire mongol

Billet de Sandrine Ruhlmann

J’ai acquis une spécialisation en étude des techniques et de la culture matérielle, des populations nomades et en anthropologie de l’alimentation. Depuis maintenant treize ans, j’étudie les pratiques alimentaires des éleveurs nomades de Mongolie — ethnie majoritaire des Halh.

L’anthropologie classique de l’alimentation met l’accent sur les moments forts de la cuisine — préparation, consommation. Mon objectif a été de réaliser une étude complète de la chaîne alimentaire chez les éleveurs nomades mongols ­— approvisionnement, conservation, stockage, préparation, consommation, tri des restes et déchets, digestion.

J’ai mis en place un protocole d’observation et de description ethnographique qui saisit ce que j’appelle les « pratiques alimentaires ». Ce protocole s’inspire de différents travaux (Leroi-Gourhan, Cresswell, Balfet, Sabban, Mahias, Piette, Simondon, Latour, Lemonnier, Warnier, Appadurai). L’observation participante a été complétée par une relecture de mes notes avec des informateurs privilégiés, des dessins techniques à main levée, des schémas descriptifs de séquences d’action et des photographies (auxquelles s’ajoutent aujourd’hui le film pour saisir le mouvement). L’accent a été mis sur l’observation des routines, de manière à saisir les gestes élémentaires jusqu’à l’atome d’action technique.

Au retour d’une première enquête ethnographique de 9 mois sur des campements d’éleveurs, j’ai défini mon objet d’étude anthropologique. Les pratiques alimentaires sont des actions (gestes, corps, objets) concernant des aliments (consommés, concrètement par les vivants, symboliquement par diverses entités), des substances alimentaires (utilisés pour purifier, faire des offrandes) et des objets de transaction alimentaires (marmite, fourneau, bol, coupelle d’offrande, encensoir). Elles consistent en la réalisation d’actions et dessinent les contours d’un système de valeurs culturelles et de représentation du monde. Les pratiques alimentaires dessinent les contours d’une métaphysique de l’ouvert et du fermé (nourritures ouvertes / fermées, corps ouverts / fermés, sociabilité ouverte / fermée), du plein et du vide (bol plein / vide, corps plein / vide), du dessus et du dessous (prémices / fond de la marmite) qui renvoient à des catégories mongoles élémentaires, notamment dans le cadre de l’hospitalité.

J’ai mis en évidence le rôle structurant des pratiques alimentaires. En Mongolie, basé sur la pratique quotidienne de l’hospitalité — élément fondamental de la culture nomade —, le partage alimentaire structure l’ensemble de l’organisation sociale de la société mongole.

Pour analyser le paradigme structurant du partage alimentaire, je suis partie des techniques de découpe des aliments, en particulier de l’aliment qui nourrit et qui définit socialement le Mongol, la viande. Ainsi, j’ai analysé les techniques d’abattage, de dépeçage, de cuisson, de distribution et de consommation des « parts » [distinctives et hiérarchique de viande rattachée à l’os] et des « morceaux » [indifférenciés et égalitaires de chair détachée des os]. Les dimensions techniques, sociologiques, historiques, religieuses, symboliques, politiques du partage ont été analysées pour toutes les catégories d’aliments (viande, laitages, farineux).

L’analyse a révélé que les modalités du partage des nourritures se situent sur un continuum : un partage restreint, fermé sur le foyer domestique au quotidien ; un partage élargi, ouvert sur l’extérieur à un petit réseau de visiteurs en situation d’hospitalité ; et un partage généralisé et ouvert au réseau de visiteurs le plus vaste en situation extra-ordinaire de fête (naissance, Nouvel An) ou de “revers de fête” (mort). Ces modalités du partage alimentaire sous-tendent une conception mongole du bonheur collectif — notion entremêlant aujourd’hui des éléments de croyances bouddhiques et chamaniques. Ainsi, le partage horizontal avec les vivants, vertical avec diverses entités (mânes des ancêtres, âmes des morts récents, divinités bouddhiques, esprits-maîtres de la nature, esprit du feu du foyer domestique, âmes errantes des morts), permet aux Mongols de favoriser la bonne renaissance des âmes des morts dans le corps d’un descendant. Ce partage des nourritures assure par ricochet une tranquillité aux vivants — garantie de ne pas être perturbés par l’action néfaste d’âmes errantes de morts qui n’auraient pas pu renaître. Faire ainsi de leur vivant des « mérites » — au sens bouddhique du terme ­— favorise également le bon sort à venir de leur âme quand ils mourront. La bonne renaissance des âmes perpétue les lignées et garantit la reproduction de la société.

Ce travail de recherche a permis de mettre en évidence comment, en Mongolie, dans un contexte contemporain postcommuniste, de démocratisation, de tolérance religieuse et d’entrée accélérée dans la voie de l’économie de marché, les pratiques alimentaires mêlent des croyances chamaniques et bouddhiques sur fond de reliquats de la politique communiste antireligieuse.

Dans un futur proche, j’envisage de réaliser une anthropologie comparative des Mongols des deux Mongolie : les Halh de la République de Mongolie (ethnie majoritaire) et les Ordos de la République autonome de Mongolie-Intérieure (ethnie minoritaire mongole d’une des cinq régions autonomes de la République populaire de Chine). Comprise dans ses interrelations avec la politique et la religion, l’alimentation constituera un outil de compréhension de la société mongole.

Je m’intéresserai tout particulièrement à un procédé auquel les ethnies minoritaires mongoles de Chine ont recours pour exister au sein de la société chinoise, le compromis alimentaire. Ce dernier se matérialiserait dans des objets (nourriture, plat) à deux faces ou composantes, une face visible consensuelle (emprunt à la société dominante, élément exogène) et une face cachée identitaire (élément endogène). Le ravioli illustre parfaitement ce procédé grâce à sa double composition : une enveloppe qui lui confère une forme typiquement chinoise (face visible) et une garniture qui l’identifie au goût et à la culture mongole (face cachée). En République de Mongolie, en contexte communiste antireligieux, pour l’ethnie majoritaire Halh, le ravioli a permis de contourner dans les années 1950 une loi gouvernementale relevant de l’idéologie égalitariste communiste pour respecter des croyances religieuses dites « traditionnelles ». En Mongolie méridionale, il permettrait aujourd’hui, en contexte communiste chinois, d’exister en tant que Mongol dans la société dominante chinoise.

Bibliographie indicative

Appadurai Arjun 1996

  • 1996  Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization (University of Minnesota Press).1988
  • 1988 How to Make a Nationale Cuisine: Cookbooks in Contemporary India, Comparative Studies in Society and History, 30 (1), pp. 3-24.

Balfet Hélène

  • 1975 La Technologie, in Éléments d’ethnologie, 2 Six approches (sous la direction de R. Cresswell), pp. 44-47.
  • 1991 Observer l’action technique. Des chaînes opératoires, pour quoi faire ? (Paris, CNRS).

Balfet Hélène et Pelras Christian

  • 1983 Recherche d’une méthode d’analyse ethnologique de la cuisine, Techniques & Culture, 1, pp. 35-47.

Cresswell Robert

  • 1965 Un pressoir à olives au Liban : essai de technologie comparée, L’Homme, V, 1, 33-63.
  • 1972 Les trois sources d’une technologie nouvelle, in Langues et Techniques, Nature & Société, 2 Approche ethnologique, approche naturaliste (dirigé par J. M. C. Thomas & L. Bernot), pp. 21-27.

Latour Bruno

  • 1993 We Have Never Been Modern (Harvard University Press, Cambridge, Massachussets).

Lemonnier Pierre

  • La description des chaînes opératoires, Techniques & Culture, 1, pp. 100-151.
  • 2012 Mundane Objects. Materiality and Non-verbal Communication (UCL Institute of archeology critical cultural heritage series 10, Walnut Creek, California, Left Coast Press).

Leroi-Gourhan André

  • 1943 Évolution et techniques. L’homme et la matière (Paris, Albin Michel).
  • 1945 Évolution et techniques. Milieu et techniques (Paris, Albin Michel).
  • 1965 Le geste et la parole. La mémoire et les rythmes (Paris, Albin Michel).

Mahias Marie-Claude

  • 2002 Le barattage du monde : essais d’anthropologie des techniques en Inde (Paris, MSH).

Piette Albert

  • 1992 Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographies en anthropologie (Louvainla-Neuve, Peeters).
  • 1996 Ethnologie de l’action : l’observation des détails (Paris, Métailié).

Ruhlmann Sandrine

  • 2006 Le partage des prémices et du fond de la marmite. Essai d’anthropologie des pratiques alimentaires chez les Mongols Xalx. Thèse d’anthropologie sociale et ethnologie, soutenue à l’EHESS le 20 décembre 2006, sous la direction de Françoise Sabban. (en ligne sur http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00346618/en/ )

Sabban Françoise

  • 1983 Cuisine à la cour de l’empereur de Chine : les aspects culinaires du Yinshan Zhengyao de Hu Sihui, Médiévales, 5, novembre, pp. 32-56.
  • 1983 Le système des cuissons dans la tradition culinaire chinoise, Annales, II, 2, pp. 341-368.

Simondon Gilbert

  • 1958 Du mode d’existence des objets techniques (Paris, Aubier).

Warnier Jean-Pierre

  • 1999 Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts (Paris, PUF).

Pour citer ce billet

Ce billet fait partie du programme éditorial de l’axe de recherche du CECMC « Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois ».

Sandrine Rhulman (Courriel) est postdoctorante au Laboratoire d’anthropologie sociale (Collège de France), membre associé au LISST (Toulouse). Elle a donné une conférence le 28 novembre, intitulée  De la culture matérielle aux pratiques alimentaires  dans le cadre  du séminaire, Usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois organisé par Caroline Bodolec, Michela Bussotti et Frédéric Obringer. Elle a soutenu une thèse à l’EHESS sous la direction de Françoise Sabban en 2006 1.

  1. 2006 Le partage des prémices et du fond de la marmite. Essai d’anthropologie des pratiques alimentaires chez les Mongols Xalx. Thèse d’anthropologie sociale et ethnologie, soutenue à l’EHESS le 20 décembre 2006, sous la direction de Françoise Sabban. (en ligne sur http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00346618/en/ []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search