La Villa Basset. Résidence du Consul Général à Shanghai

Couverture ShanghaiMarie-Claire Bergère (Auteur du texte) ; Françoise Ged (Auteur du texte) ; Danielle Elisseeff (Auteur du texte) ; Jérémy Cheval (Auteur du texte), La Villa Basset : Résidence du consul général de France à Shanghai, Editions Internationales du Patrimoine, 176 p. Collection / Série : Résidences de France ; 11. Traducteurs : Ju Wang et Xiaoli Wei. Photographe : Jonathan Leijonhufvud.

Du milieu du XIXe siècle au lendemain de la seconde guerre mondiale, le consul de France à Shanghai est investi d’une double responsabilité. D’une part, il doit défendre les intérêt français face aux mandarins de l’administration chinoise locale et aux agents des grandes puissances représentées à Shanghai. D’autre part, il doit surveiller la gestion de la concession française, veiller au respect de la loi, assurer la sécurité, l’ordre public, la réglementation urbanistique, l’éducation et l’hygiène de cette enclave semi-coloniale. L’hôtel consulaire avec ses dates annexes administratives fut pendant un siècle l’un des principaux centres de pouvoir de la métropole cosmopolite et proliférante1.

La Villa Basset sort de l’oubli. Classé depuis 1994 au patrimoine de la ville de Shanghai, elle est inscrite depuis 2003 dans le plus grand des douze secteurs protégés de la ville, une mesure municipale alors novatrice en Chine. Avec ce classement, comme pour tout Shanghai, c’est aussi l’histoire des personnage qi ont habité la résidence qui sort de l’ombre2.

Construite en 1921 par les architectes français du crédit foncier d’Extrême-Orient sur une commande Lucien Basset, la villa consulaire mêle inspirations asiatique et occidentale. Son architecture hybride combine avec élégance colonne néoclassiques, toiture d’influence flamande, balcons, chapiteaux et mosaïques à l’italienne, jardin paysager et rocaille chinoise. Cette maison « méditerranéenne » ou « à l’italienne », dont l’écriture garde l’empreinte de ses occupants successifs, demeure le témoin d’une architecture caractéristique de l’ancienne concession française3.

On entre dans cette belle demeure par la façade nord, comme le faisaient jadis, au temps des Qing (1644-1911), les sujets ordinaires et les fournisseurs de la Cité interdite ; mais ici, la végétation entourant le proche permet d’imaginer ce qui se situe de l’autre côté, au delà de la maison , au sud. Et l’on devine,  aisément que la visite, comme dans toutes les belles villas shanghaiennes construites par les Européens du temps de la République, se terminera dans le jardin, l’écrin vivant de la propriété4.

  1. p. 17, texte de Marie-Claire Bergère []
  2. p. 59, texte de Françoise Ged []
  3. p.105, texte de Jérémy Cheval []
  4. p. 127, texte de Daniellle Elisseeff []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search