Les entreprises chinoises sous la tutelle directe du gouvernement illustrées par leur investissement en Afrique

La majorité des études sur la présence chinoise en Afrique tendent par la force des choses à privilégier une approche par les entreprises publiques. Dans cette recherche nous nous focaliserons sur une catégorie spécifique d’entreprises publiques, celle des entreprises sous la tutelle directe du gouvernement central (les ” entreprises centrales “) puisque celles-ci détiennent en moyenne 80 % du stock d’investissement direct chinois à l’étranger. C’est leur importance économique — tant en Chine qu’à l’étranger — conjuguée à leur proximité avec le pouvoir central qui justifient que ces entreprises soient distinguées des autres entreprises publiques et soient spécifiquement interrogées sur leur rôle comme vecteur effectif de la politique chinoise en Afrique. Successivement donc, nous évoquerons la résurgence du concept stratégique d'” entreprise centrale “, puis nous nous interrogerons sur le degré d’autonomie de ces entreprises centrales tel que l’exprime leur stratégie d’investissement direct à l’étranger et plus spécifiquement en Afrique. En définitive, le gouvernement chinois a une stratégie africaine qu’il entend mettre en œuvre grâce à ses entreprises centrales lesquelles disposent toutefois d’une plus grande autonomie qu’il n’apparaît d’emblée.

Thierry Pairault

Directeur de recherche émérite [CNRS / EHESS] - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine - UMR 8173 Chine, Corée, Japon

More Posts - Website


Thierry Pairault

Directeur de recherche émérite [CNRS / EHESS] - Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine - UMR 8173 Chine, Corée, Japon

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search