Entretien avec Isabelle Thireau

WOA 20 Umschlag_Hardcover.inddDe Proche en proche, ethnographie des formes d’association en Chine contemporaine

L’ouvrage présente les contributions d’auteurs venus de champs disciplinaires distincts et nourris de terrains d’enquête très variés. Autour de quelle interrogation principale se sont-ils retrouvés ?

L’idée de ce livre est venue de discussions avec des collègues chinois, sociologues pour la plupart. Engagés dans des enquêtes de terrain très différentes, nous observions tous des processus d’association, d’alliance, de coordination à la fois dynamiques et variés au sein de la société chinoise. Mais ces processus étaient souvent éphémères, peu stabilisés, ou en voie d’institutionnalisation. En tous cas, ils ne relevaient pas d’une forme juridique clairement établie et étaient difficiles à analyser selon les paradigmes souvent utilisés pour désigner le « social », le « collectif » : l’essor d’une société civile, la création d’organisations non-gouvernementales, le déroulement d’actions collectives. Nous avons donc préféré emprunter le terme d’Hannah Arendt, qui parle d’action concertée, et qui définit le pouvoir précisément comme la capacité des hommes à agir de façon concertée. Mais si cette expression nous était utile, car elle nous permettait de mettre à distance des concepts forts mais un peu écrasants comme ceux de « mouvements sociaux » ou d’ « associations non-gouvernementales », nous l’avons quelque peu détournée, évoquant non pas des initiatives publiques, conscientes et de grande envergure, mais des moments de coordination entre les individus beaucoup plus quotidiens, circonscrits, mineurs si l’on veut. Après de nombreuses discussions, nous avons adopté le terme chinois de 连接 pour définir le type de processus que nous voulions saisir. En laissant le champ très ouvert : il ne s’agissait pas de partir de formes sociales connues et identifiées mais d’essayer d’appréhender des moments d’association, de connexion, d’agir ensemble. Puis, chacun a choisi un lieu d’enquête. Je ne peux pas les citer tous ici. Signalons cependant que les huit textes ici réunis couvrent une large temporalité : le premier texte (Chang Shu) analyse l’isolement et l’atomisation qui étaient ceux des paysans de Dazhai pendant les années 1970, alors que le dernier (Wang hansheng et Wang Yige) étudie le mode d’évaluation des fonctionnaires qui existe aujourd’hui, et la façon dont il oriente les interactions entre administrateurs et administrés (et les alliances qui en découlent de part et d’autre). Signalons également que les contributions rassemblées portent sur la Chine rurale comme sur la Chine urbaine.

Lire la suite de l’entretien sur le site de l’association française d’études chinoises



Citer ce billet
Jacqueline Nivard (2013, 23 mars). Entretien avec Isabelle Thireau. Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/meda

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search