Entretien avec Isabelle Landry-Deron

ricciLa Chine des Ming et de Matteo Ricci (1552-1610)

L’ouvrage présente les circonstances du premier échange entre l’Europe et la Chine à travers l’itinéraire du missionnaire jésuite italien Matteo Ricci. Qu’en était-il des rencontres passées entre ces deux cultures, dont vous dites qu’elles ne se reconnaissaient pas encore ?

Nous savons que des marchandises, des techniques, des croyances, des formes artistiques circulent entre la Chine et le monde méditerranéen depuis l’Antiquité classique. La trace de voyageurs et résidents, européens et musulmans, en Chine est documentée bien avant Ricci, mais cette documentation est aléatoire. Les échanges étaient interrompus, au rythme de la coupure ou du rétablissement (terrestre ou maritime) des routes de la soie, du fait des guerres ou de la volonté des États. De plus, les rencontres semblent avoir été furtives. Il y avait de nombreux intermédiaires et des échanges verbaux limités, ce qui n’empêche pas que les deux cultures avaient mutuellement conscience de leur existence. Elles se connaissaient. Il faut lire à ce sujet le recueil de Georges Coedès, Textes d’auteurs grecs et latins relatifs à l’Extrême-Orient depuis le IVe siècle av. J.-C. jusqu’au XIVe siècle, Paris, 1910. Les connaissances s’accélèrent après les Grandes découvertes. Le premier Portugais entre en Chine en 1512. Macao est fondé en 1556. Mais on est surpris de l’attitude des premiers jésuites de Macao qui semblent avoir été convaincus de l’inanité du travail missionnaire en Chine et de l’impossibilité, voire l’inutilité, d’apprendre le chinois. Ce qui change avec Ricci (en accord avec son supérieur Alessandro Valignano (1539-1606), Visiteur des missions jésuites de l’ensemble de l’Asie, dont le nom est plus particulièrement attaché à la mission du Japon), c’est l’affirmation consciente de la nécessité d’apprendre la langue et l’écriture afin de pouvoir parler, lire et écrire avec aisance. Ce qui change aussi, c’est l’appartenance à un réseau, fondant son action sur une diffusion de ses réalisations auprès du lectorat européen le plus large possible. La reconnaissance vient avec la lecture des textes de la culture de l’autre.

Lire la suite sur le site de l’Association française d’études chinoises

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search