La Chine républicaine (1912-1949) : nouvelles approches historiques

Responsables

1er, 3e et 5e mardis du mois de 13 h à 15 h, du 31 octobre 2017 au 15 mai 2018

Le séminaire sera consacré cette année à l’abondante historiographie consacrée aux villes chinoises sous la République depuis une trentaine d’années. Les villes ont été les grandes oubliées de l’historiographie maoïste. La Révolution a en effet été largement menée depuis les campagnes contre les villes. Quand une certaine attention se portait sur les villes, ces dernières étaient envisagées surtout comme la toile de fond du mouvement ouvrier et révolutionnaire.

Puis le déclin, en Chine comme en Occident, de l’historiographie centrée sur la geste révolutionnaire, a laissé le champ libre à un second grand récit, celui de la modernisation. Cadre privilégié de l’émergence de nouveaux modes de production, de nouvelles catégories sociales, de nouveaux modes de pensée et d’action politique, les villes devinrent dès lors centrales.

Plus récemment, sous l’influence de l’histoire culturelle, les travaux tendent à se déplacer du politique et du social vers la sphère de la consommation. Ils jettent ainsi une lumière nouvelle sur les pratiques de consommation, la publicité, ou les loisirs.

Les deux grands modèles de récit (la geste révolutionnaire et la modernisation) convergeaient au moins sur un point : ils accordaient à Shanghai une attention particulière, voire quasi-exclusive. Depuis une vingtaine d’années, l’intérêt manifesté pour d’autres villes (Chengdu, Canton, Pékin, Tianjin, etc.) se conjugue à une attention plus grande pour le fait urbain stricto sensu (« la ville habitée », Yves Chevrier), notamment avec une prise en compte de ses dimensions spatiale et architecturale.

Salle 4, 105 bd Raspail – 75006 Paris

Plus d’informations sur le séminaire

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts