Compte rendu : Chine, le nouveau capitalisme d’État

Marie-Claire Bergère : Chine, le nouveau capitalisme d’État.Paris. Fayard. 2013. 310 p. Compte rendu d’ Alain Roux  pour Les Carnets du Centre Chine.

Depuis la publication en 1986 chez Flammarion de son ouvrage devenu un classique, L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise, Marie Claire Bergère a poursuivi, avec rigueur et lucidité, son exploration d’un phénomène essentiel de notre temps : quelle est la nature exacte, le zhengming, du moteur de cette prodigieuse croissance chinoise qui a fait de la Chine, longtemps considérée comme l’homme malade de l’Asie, la deuxième puissance économique du monde ?

Comment ce pays dont la population représente le quart de la population de notre planète, a t-il pu passer, en trois décennies, d’une participation au commerce mondial de 1% du total à plus de 10% de nos jours et sans doute encore plus dans un proche avenir ? Et pulvériser les objectifs de production d’acier, de charbon et de céréales fixés lors du lancement du Grand Bond en Avant par Mao Zedong en plein délire utopiste…

Les titres de ses ouvrages qui ont jalonné cette recherche illustrent les étapes que Marie Claire Bergère a parcourues pour répondre à cette question. Au commencement, on a un concept relativement clair, celui de «bourgeoisie» (zibenjia), qui permet de rendre compte de  l’émergence d’une force qui, partie il y a deux siècles à la conquête du monde depuis cette Europe occidentale où elle avait joué le rôle majeur dans l’émergence d’États-nations, semblait destinée à devenir le mode de production universel. La Chine des années de la République (1911-1949) avait raté, pour des raisons encore controversées entre historiens, cette révolution bourgeoise dont les prémices, au lendemain de la première guerre mondiale, étaient pourtant prometteurs. Puis ce fut la guerre civile, l’agression japonaise, et la longue  glaciation du maoïsme, où toute trace de capitalisme fut débusquée et extirpée.

En 1998, dans Le Mandarin et le Compradore, les enjeux de la crise en Asie orientale, paru chez Hachette, Marie-Claire Bergère observait la renaissance déjà vigoureuse des entrepreneurs (qibenjia) que l’on croyait disparus : c’était alors, à la ville, des micro-entrepreneurs, souvent marginaux, qui géraient des boutiques ou des échoppes à la technologie élémentaire, les getihu, ou, à la campagne, des techniciens ou des gestionnaires issus des brigades de production des communes populaires. C’était aussi quelques grands industriels survivants des années de la première république chinoise,  comme la famille Rong ou venus de succursales de grandes entreprises d’État affranchies par la réforme économique (gaige) lancée en 1978 par Deng  Xiaoping. Leur statut devait beaucoup à celui des entreprises mixtes du guangdu shangban («les hommes d’affaires gèrent sous la surveillance des fonctionnaires»)  apparus à la fin des Qing. Ils étaient placés sous le contrôle du Parti-État, car seulement tolérés et donc très vulnérables. La liste des premiers millionnaires chinois changeait chaque année et plus d’un d’entre eux était passé de la célébrité d’un moment à  l’ obscurité carcérale !

Moins de dix ans plus tard, en 2007, dans Capitalismes et capitalistes en Chine, paru chez Perrin, Marie-Claire Bergère analysait le rôle de ces nouveaux entrepreneurs qui s’étaient multipliés dans le cadre miracle économique dans un pays où ils étaient maintenant respectés comme des «pionniers du socialisme à la chinoise». Trois événements décisifs avaient eu lieu entre temps: en 2001, la Chine entrait à l’Organisation Mondiale du Commerce et s’ouvrait au processus de mondialisation dont elle devenait une pièce maitresse. Le marché imposait ses lois. La même année, lors du XVI° congrès du Parti Communiste Chinois, la force dirigeante de la révolution qu’il prétendait incarner pour justifier sa dictature,  passait, dans le cadre de la théorie des «Trois représentations» (sange daibiao), de la «classe ouvrière» aux «forces avancées de la production», ce qui incluait les financiers et les industriels. Cette révolution copernicienne du communisme chinois fut complétée en 2007 par la protection légale accordée par la Constitution à la propriété privée. L’idée qui prévalait alors parmi les spécialistes était que la Chine était en passe de devenir un pays capitaliste, ce qui allait entrainer, comme précédemment en Europe orientale et en Russie, la démocratisation du pays et le remplacement du pouvoir communiste par une classe dirigeante à l’occidentale. Marie Claire Bergère, scrutant avec lucidité les conséquences des réactions des autorités chinoises à la crise asiatique de 1997, ne s’inscrivit pas dans ce consensus.  L’existence de plusieurs capitalismes en Chine, comme le soulignait le titre de son ouvrage, jetait d’ailleurs un doute sur la capacité de cette bourgeoisie dépourvue d’homogénéité à devenir une «classe pour soi», selon l’expression de Karl Marx.

Son dernier ouvrage lui permet d’affirmer plus nettement sa thèse à la lumière du rôle déterminant joué par l’État chinois confronté à la crise mondiale de 2008. On sait qu’il insuffla une masse d’au moins 590 milliards de $ dans l’économie nationale en privilégiant le secteur des entreprises d’État que certains spécialistes occidentaux pensaient entrées en agonie, laissant les entreprises privées tournées vers l’exportation de produits de grande consommation et notoirement sous capitalisées affronter la tempête du marché mondial, comme à Wenzhou, région dont le capitalisme sauvage était apparu quelque temps comme un modèle pionnier susceptible de s’étendre au pays tout entier. Guojin mintui – «le secteur public avance, le secteur privé recule»-  n’est pas le slogan d’une bourgeoisie conquérante !  La thèse présentée est, en effet, qu’il existe bien en Chine des entrepreneurs majoritairement capitalistes mais pas de bourgeoisie chinoise constituée et disposant d’une conscience de classe et d’institutions autonomes. Les capitalistes chinois participent aux objectifs du régime, leur légitimité reposant sur la croissance qu’ils dynamisent et sur le consensus patriotique qu’ils expriment à l’occasion. Ils vivent en symbiose avec les élites politiques et administratives ou évitent à tout le moins de se confronter à elles. 38% des entrepreneurs privés ne sont-ils pas devenus  ces dernières années membres du Parti ?

Le tableau que nous offre Marie-Claire Bergère de l’actuel monde chinois des entreprises et des entrepreneurs est complexe  et déroutant pour un esprit cartésien. On ne peut le décrire qu’en ajoutant l’adjectif «nouveau» au concept explicatif central de capitalisme d’État: c’est un capitalisme d’État «aux couleurs de la Chine»(tese), profondément original. Selon les paramètres adoptés par les enquêteurs, on évalue la part dans l’économie chinoise du secteur privé ou, plus justement, non public entre 51 et 72% du total. Ce secteur composite emploie le quart du total des travailleurs, soit 180 millions de personnes, depuis le modeste marchand ambulant de raviolis jusqu’aux arrogants milliardaires au luxe ostentatoire. Mais le donjon stratégique de l’économie chinoise – les grandes banques d’investissements, les usines d’industrie lourde,les complexes énergétiques, le réseau ferroviaire….- demeurent des entreprises publiques dont le rôle s’est accentué depuis 2008. L’auteur distingue des entreprises publiques bureaucratiques  dont les dirigeants sont issus de la nomenklatura ou en étroites relations avec elle et des entreprises politiques, dirigées par des princes (taizi), ainsi que l’on désigne les enfants de hauts dirigeants. Ainsi, Zhang Qingmei est le directeur de l’entreprise aéronautique Comac et gouverneur du Hebei. Su Shulin , le patron du groupe pétrolier Sinopec, est le responsable à l’organisation du PPC pour la province de Liaoning. Du côté des « princes», on remarque un fils de Jiang Zemin à la tête d’une grande entreprise de circuits intégrés qui a des antennes à Taïwan. Un fils de Hu Jintao est PDG de Nuchtech qui a le monopole des scanners de contrôle dans les aéroports et un fils de Wen Jiabo dirige une grosse entreprise de construction de satellites. Les frontières entre le secteur public et le secteur qui ne l’est pas ou qui ne l’est plus ou qui le demeure en partie  sont floues et  changeantes

Bien sur, ce compromis étrange fait que la corruption et les trafics d’influence sont systémiques et demeurent des fléaux toujours renaissants. Il favorise la spéculation, génère des bulles, comme la bulle immobilière, entraine de la colère populaire au fur et à mesure que s’approfondit le fossé entre une minorité de gens de plus en plus riches et la masse des pauvres. La Chine a un des  coefficients  de Gini – qui sert a évaluer les inégalités de revenue- parmi les plus élevés au monde.  Pendant quelque temps, les catastrophes du maoïsme avaient fait accepter cette situation: tout était préférable à la famine de masse et à la terreur des campagnes idéologiques. Divers signes montrent que des exigences nouvelles sont apparues: les paysans luttent contre les expropriations des terres et gagnent parfois comme à Wukan. Il y a eu 180.000 « incidents » sociaux, dont de nombreuses grèves ouvrières et les autorités  compétentes négocient par réalisme avec des délégués représentatifs du personnel, signe peut être d’une reconnaissance ultérieure  de véritables syndicats  Les classes moyennes urbaines ne supportent plus une justice aux ordres du pouvoir et la possibilité d’internement administratif abusif du laojiao. La répression qui frappe des intellectuels comme Lu Xiaobo, des avocats, des artistes, ôte à la Chine le «soft power» dont elle aurait besoin face à l’hégémonie américaine… Marie Claire Bergère réfléchit sur les trois scénarios que l’on peut envisager pour l’avenir du régime. Il est improbable que l’on aille vers une révolution et un renversement du régime par une opposition inconstituée et des forces sociales dispersées. Il est à peine moins improbable que l’on assiste à une crise due à une panne de croissance, annoncée depuis deux décennies par de nombreux spécialistes mais toujours démentie: le PIB par tête de la Chine est le quart de celui des USA, tout l’ouest du pays reste à développer, les infrastructures sont encore  très insuffisantes. Il reste donc de la marge et des espaces à conquérir même si le marché extérieur venait à se réduire encore plus. Le scénario le plus probable est celui d’un réajustement progressif du régime par le haut et une démocratisation limitée, ce qui correspond aux demandes d’une  classe moyenne urbaine en expansion qui souhaite une relative aisance dans l’ordre. C’est d’ailleurs aussi la conclusion à laquelle aboutit par d’autres voies François Godement dans son essai Que veut la Chine?  publié en 2012 chez Odile Jacob.

Alain Roux, le 18/02/2013.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

1 réponse

  1. 10 octobre 2013

    […] Marie-Claire Bergère, Chine, le nouveau capitalisme d’état. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *