S’abonner à La Lettre des Carnets du Centre Chine

Pour s'abonner à toutes les actualités des Carnets et de l'espace actualités de l'EHESS, écrire à Jacqueline.Nivard@ehess.fr. La Lettre est mensuelle.

Les Taïwanais en Chine

image

Presses universitaires de Rennes, 2014.

De proche en proche

I. Thireau (ed.)

Éditions Peter Lang, 2013

Liu Xiaobo, Élégies du 4 Juin. Trad. par G. Fabre

Liu Xiaobo, Élégies du 4 Juin. Trad. du chinois par Guilhem Fabre

Collection Bleu de Chine, Gallimard, 2014

La Chine des Ming et de Matteo Ricci

Isabelle Deron (ed.)

Éditions cerf Histoire - Institut Ricci, 2013

La Chine et ses migrants

Chloé Froissart

Éditions de l’université de Rennes, 2013

L’islam de Chine

L’islam de Chine

Éditions ISSMM - Karthala, 2013

La Chine. Des guerres de l’opium à nos jours

Xavier Paulès

Éditions La Documentation française

La Villa Basset

Couverture Shanghai

Éditions Internationales du Patrimoine, 2013

Analyse d’une correspondance diplomatique sur « feuilles d’or» (xviiie siècle)

11 décembre 2012
Par

Pasquet Sylvie, « Quand l’empereur de Chine écrivait à son jeune frère, empereur de Birmanie… Analyse d’une correspondance diplomatique sur “feuilles d’or” (xviiie siècle) », Journal asiatique 1 (2012): 265-313.

L’histoire des relations entre la Chine et les royaumes de l’« Asie du Sud-Est » s’appuie le plus souvent sur les sources chinoises, relativement abondantes et faciles d’accès. Le point de vue chinois est alors mis en avant : ces royaumes périphériques sont les vassaux de l’empire du Milieu et concrétisent leur soumission par l’offrande d’un tribut. Or, qu’en est-il lorsque l’on regarde la Chine à partir, par exemple, de la Birmanie ? Soulignant le rôle de la frontière dans l’envoi d’ambassades vraies et fausses, l’article montre comment les écrits impériaux sont traduits ou plus exactement, réécrits en birman et à l’inverse comment les « lettres royales sur feuilles d’or » qui émanent de la cour birmane sont réécrites pour devenir les « messages tributaires sur feuilles d’or » lus par l’empereur chinois. Il ressort de cette correspondance diplomatique que les lettres du roi de Birmanie ne reflètent aucun lien de vassalité avec l’empereur de Chine, considéré, à en juger par les termes d’adresse utilisés, comme un souverain égal.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Travaux de recherche, articles

Laisser un commentaire


Carnets de recherche