La Chine et l’Occident

La Chine et l’Occident

éditions Odile Jacob

Pratiques indépendantes du documentaire en Chine

Pratiques indépendantes du documentaire en Chine

Presses universitaires de Rennes

请中国作证

La preuve par la Chine

商务印书馆

上海史

Marie-Claire Bergère

上海社会科学院出版社

毛泽东:雄关漫道

Alain Roux

中国人民大学出版社

Analyse d’une correspondance diplomatique sur « feuilles d’or» (xviiie siècle)

11 décembre 2012
Par

Pasquet Sylvie, « Quand l’empereur de Chine écrivait à son jeune frère, empereur de Birmanie… Analyse d’une correspondance diplomatique sur “feuilles d’or” (xviiie siècle) », Journal asiatique 1 (2012): 265-313.

L’histoire des relations entre la Chine et les royaumes de l’« Asie du Sud-Est » s’appuie le plus souvent sur les sources chinoises, relativement abondantes et faciles d’accès. Le point de vue chinois est alors mis en avant : ces royaumes périphériques sont les vassaux de l’empire du Milieu et concrétisent leur soumission par l’offrande d’un tribut. Or, qu’en est-il lorsque l’on regarde la Chine à partir, par exemple, de la Birmanie ? Soulignant le rôle de la frontière dans l’envoi d’ambassades vraies et fausses, l’article montre comment les écrits impériaux sont traduits ou plus exactement, réécrits en birman et à l’inverse comment les « lettres royales sur feuilles d’or » qui émanent de la cour birmane sont réécrites pour devenir les « messages tributaires sur feuilles d’or » lus par l’empereur chinois. Il ressort de cette correspondance diplomatique que les lettres du roi de Birmanie ne reflètent aucun lien de vassalité avec l’empereur de Chine, considéré, à en juger par les termes d’adresse utilisés, comme un souverain égal.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Travaux de recherche, articles

Laisser un commentaire