“NEW” : Une lettre hebdomadaire pour les Carnets du Centre Chine

Pour s'abonner à toutes les actualités des Carnets et de l'espace actualités de l'EHESS, écrire à Jacqueline.Nivard@ehess.fr. La Lettre fait suite depuis le 1er octobre à la lettre mensuelle mise en place il y a un an.

Le Sage et le peuple : le renouveau confucéen en Chine

le-sage-et-le-peuple

CNRS éditions, 2014

La récidive : révolution russe, révolution chinoise

product_9782070146987_195x320

Gallimard, 2014

Hong Kong prend le large

Numéro spécial de la revue Critique

Penser les épidémies depuis la Chine, le Japon et la Corée

Extrëme-Orient, Extrême-Occident

Chine-Algérie : Une relation singulière en Afrique

Chine-Algérie : Une relation singulière en Afrique

Riveneuve Éditions, 2014.

Instants éternels; Trad. par G. Fabre

arton3269-4c677

La Différence, 2014.

Liu Xiaobo, Élégies du 4 Juin. Trad. par G. Fabre

Liu Xiaobo, Élégies du 4 Juin. Trad. du chinois par Guilhem Fabre

Collection Bleu de Chine, Gallimard, 2014

Les Taïwanais en Chine

image

Presses universitaires de Rennes, 2014.

Judith Pernin a soutenu sa thèse

3 décembre 2012
Par

 

Judith Pernin  a soutenu sa thèse sur  les « Images en mouvement. Pratiques indépendantes du documentaire en Chine » à l’EHESS le 27 novembre et a obtenu la mention Très Honorable avec les félicitations du jury.

Jury : Jacques Aumont et Michel Bonnin, directeurs de thèse, EHESS

  • Jean-Pierre Bertin-Maghit, Université Paris III
  • Éric Florence, Université de Liège (Belgique)
  • Anne Kerlan, CNRS.

Depuis une vingtaine d’années, le milieu du documentaire chinois est en proie à des transformations radicales, qui se manifestent notamment par la production de films indépendants qui complètent et remettent en cause ceux qui sont diffusés dans les institutions officielles chinoises. Cette thèse vise en premier lieu à replacer les documentaires indépendants chinois dans la continuité des œuvres et des théories qui les ont générés, afin de comprendre leur sens et de définir leurs spécificités. La rupture qu’effectuent ces films dans l’histoire du cinéma chinois est en premier lieu conceptuelle : l’émergence de ces films dans les années 1990 traduit une tentative de redéfinition du documentaire. Emancipés des institutions officielles de production et de distribution du documentaire, ces films prennent une nouvelle fonction en circulant dans les espaces non-officiels qui incarnent la transformation structurelle amenée par les acteurs de ce mouvement. En instituant de nouvelles pratiques documentaires, ce mouvement effectue une rupture esthétique similaire à certains égards à celle que représente le cinéma direct dans l’histoire du cinéma occidental. Si les réalisateurs indépendants se servent de méthodes fondamentalement opposées à celles, didactiques et autoritaires, du documentaire officiel de propagande antérieur aux années 1980, ils assimilent dans le même temps les derniers développements de l’histoire mondiale de cette forme, et construisent une esthétique fondée sur l’enregistrement de l’expérience subjective.

 


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Vie du Centre, soutenances de thèse

Laisser un commentaire


Carnets de recherche