Des écritures chamaniques lignagères, une écriture chamanique d’État : état des lieux chez les Yi-Sani (Yunnan)

Intervention d’Aurélie Névot (CCJ-CECMC) à la prochaine séance du séminaire qu’elle co-organise avec Cécile Guillaume-Pey, Les écritures minoritaires d’Asie. Origines, transmissions et usages. Son intervention a pour thème : « Des écritures chamaniques lignagères, une écriture chamanique d’État : état des lieux chez les Yi-Sani (Yunnan) ».

Date

  • Jeudi 18 janvier 2018, de 13h à 15h

Lieu

Présentation

Différents processus de transformation cultuelle ont profondément bouleversé les pratiques des bimo, ritualistes des Yi-Sani (Yunnan), des années 1860 jusqu’à aujourd’hui, en passant par l’ère maoïste et la Révolution culturelle dont les effets influent directement sur les pratiques actuelles de transmission mises en œuvre par l’État et portées par certains bimo reconnus comme « transmetteurs du patrimoine culturel immatériel ». Cette intervention permettra de dresser une sorte d’état des lieux de la situation. Il s’agira de témoigner, sur la base de recherches ethnographiques de terrain s’étendant de 1998 à 2017, d’un processus de déstructuration d’un système de pensée basé sur la transmission d’une écriture initiatique, secrète et lignagère, en rapport à une substance : le sang (les concepts d’« écriture » et de « sang » ont la même graphie, laquelle est distincte selon les lignages/territoires de diffusion bimo). L’imposition d’une tradition chamanique d’État vise à unifier les caractères d’écriture indépendamment des lignages, et à annihiler le rapport de l’écriture au sang et à la transmission lignagère et secrète en distinguant la graphie prêtée au mot « écriture » de la graphie donnée au mot « sang ». Le phénomène est tel qu’il n’est aujourd’hui possible que d’observer les résidus de cette pensée enchevêtrée dans différents processus d’acculturation depuis le milieu du XIXe siècle.


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *