(Re)bâtir jardins et foyers après la catastrophe

Katiana Le Mentec (CNRS) et Sandrine Revet (CERI) vous invitent à la demi-journée d’étude « (Re)bâtir jardins et foyers après la catastrophe ».

Date

  • Lundi 29 janvier 2018, de 13h à 17h30

Lieu

  • EHESS – Salle 737 (7e étage)
    54 boulevard Raspail – 75006 Paris

Programme

  • 13h-14h

Zhang Qiaoyun (International Institute for Asian Studies, Leiden)

Turning Disaster Zones into Scenic Sites, Homelands into Gardens: Learning from the “Cultural Recovery” of the Ethnic Qiang Communities after the Wenchuan Earthquake.

  • 14h-15h

Discussion- Débat

Discutantes : Katiana Le Mentec (CCJ) et Sandrine Revet (CERI)

 

  • 15h – 15h30 Pause café

 

  • 15h30 – 16h30

Maëlle Calandra (CREDO, CNRS/EHESS, Marseille)

Le cyclone, un événement destructeur ambivalent. Etude de l’articulation entre horticulture et catastrophes à Tongoa (Vanuatu).

  • 16h30 -17h30

Discussion- Débat

Discutante : Vanessa Manceron (LESC)

 

Sujets des interventions

Zhang Qiaoyun

This presentation discusses the lessons learned from the reconstruction of the ethnic minority Qiang communities after the 2008 Wenchuan earthquake. I investigate the contestations between the practices of “home building” and the state-led “cultural recovery” by drawing on anthropological investigations on culture, disaster, and place-making. I argue that an effective cultural recovery should help rebuild homes, where local people can re-establish and re-join the cultural-ecologically and social-politically meaningful relations and responsibilities after disasters. The goal is to explore how the Chinese post-earthquake reconstruction policy and projects problematically engage with the local people’ desires towards “home building” and their sense of relatedness and belonging central to a culturally-sensitive reconstruction.

Ecole de Yingxiu après le séisme (2015, cliché de K. Le Mentec)

Maëlle Calandra

À Tongoa, une petite île du centre de l’archipel du Vanuatu, la catastrophe constitue une donnée permanente pour ceux qui y vivent. Les glissements de terrain, les séismes, les éruptions volcaniques, les cyclones ou encore les sécheresses y sont en effet récurrents. Pour autant, en langue vernaculaire, il n’existe pas de mots pour exprimer strictement la catastrophe, car celle-ci n’existe et ne prend sens qu’à partir des discours des victimes et des dégâts constatés dans les parcelles cultivées. Afin de comprendre la relation particulière qu’entretiennent les habitants de cette île avec leur environnement et notamment avec les phénomènes cycloniques auxquels ils sont régulièrement exposés, nous détaillerons d’abord l’horticulture locale et le rôle que jouent les jardins de subsistance dans le maintien de la vie sociale. Puis, l’ethnographie du cyclone Pam survenu la nuit du 13 mars 2015, permettra de mettre en évidence le seuil d’appréciation de ce type d’événement et d’analyser les différents couplages et les oppositions qu’établissent les Man-Tongoa lorsqu’ils cherchent à caractériser un épisode destructeur.

Tongoa (Vanuatu), cliché de Maëlle Calandra

Contact

  • Katiana Le Mentec : katianalementec[at]yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *