Séminaire « Anthropologie comparée de l’esquisse » (2017-2018)

Programme du séminaire « Anthropologie comparée de l’esquisse. Pratiques, esthétiques et circulations des dessins, plans, ébauches » pour l’année universitaire 2017-2018. Séminaire Musée du quai Branly – EHESS, dans le cadre du pôle « création et processus créatifs » du LabexCAP.

Coordination et contact

Horaire

  • Un mercredi par mois, de 15h30 à 17h30

Lieu

  • Musée du quai Branly
    218 rue de l’Université – 75007 Paris

Programme du séminaire 2017-2018

  • 15 novembre 2017 (salle 1)
    Yolaine Escande et Denis Vidal
    Séance introductive
  • 6 décembre 2017 (salle 3)
    Stanislaus Fung (Chinese University of Hong Kong)
    Aperspectival Effects in the Garden of the Master of the Fishing Nets in Suzhou
    Séance avec traduction en français
  • 17 janvier 2018 (salle 3)
    Christian Michel (Université de Lausanne)
    L’esquisse dans la pensée du XVIIIe siècle
  • 21 février 2018 (salle 2)
    Patrick Popescu-Pampu (Université de Lille 1)
    De l’esquisse comme outil expérimental en mathématiques
  • 21 mars 2018 (salle 3)
    Ariane Perrin (EHESS, Paris)
    L’esquisse dans la peinture narrative des tombes du royaume de Koguryo (IVe-VIIe siècle) Chine du nord-est et Corée du Nord
  • 16 mai 2018 (salle 3)
    Liu Ning (Architecte, Building for Climate)
    Représentation graphique de l’espace architectural en Chine et en Occident

Argument

L’étude des dessins et des esquisses a été menée le plus souvent dans un cadre  occidental, intéressant en priorité les historiens de l’art, de l’architecture, ou le domaine esthétique. Notre approche se voudrait différente. Nous entendons, d’une part, ouvrir largement l’enquête, en examinant le rôle et le sens que prennent dessins, plans et ébauches dans différentes cultures et civilisations (Chine et Asie du Sud, en particulier) et comment ils circulent entre ces dernières.  Mais nous voudrions aussi commencer à fonder une anthropologie comparée de l’esquisse, en mettant en évidence les formes très diverses que cette dernière peut prendre selon les domaines et les contextes où on en étudie le sens et la pratique. On s’intéressera ainsi, aussi bien, aux formes graphiques de l’esquisse (tracés, brouillons, plans, dessins, schémas, etc.) qu’à toutes les autres  modalités que cette dernière peut prendre (maquettes, prototypes, ébauches, gabarits, animations, simulations, etc.) et dont l’étude est souvent restée confinée, jusqu’alors, à  des cercles très spécialisés.

Plus d’information sur le séminaire


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *