Mission en Mongolie, été 2017

Ruhlmann, Sandrine. « Mission en Mongolie, été 2017 ». Rapport de la mission effectuée par Sandrine Ruhlmann (CCJ-CECMC) dans deux provinces de la République de Mongolie, le Gov’sümber et le Töv, du 27 juillet au 21 août 2017.

L’étude des pratiques alimentaires

Cette enquête de terrain ethnographique s’inscrit dans le cadre de mes recherches sur les pratiques alimentaires mongoles, appréhendées sous l’angle des techniques et de la culture matérielle depuis 2000. J’ai consacré un ouvrage, tiré en partie de ma thèse, à la conception mongole du partage de nourriture entre les humains et avec différentes entités spirituelles (L’appel du bonheur. Le partage alimentaire mongol, paru en 2015 dans la collection Nord-Asie, CEMS-EPHE).

Depuis 2013, je mène en parallèle des recherches sur les soins vétérinaires que les éleveurs prodiguent et leur gestion des maladies animales, transmissibles ou non à l’homme, en lien avec les politiques de réglementation internationales et locales. J’ai mis en évidence le rôle de sentinelle que le gouvernement mongol impose aux éleveurs de jouer, dans un contexte de méfiance mutuelle et de tension à différentes échelles, locale, nationale, continentale, internationale. Ce versant de ma recherche rejoint l’étude des crises alimentaires, sanitaires et sécuritaires mondiales, ainsi que la question du processus de compromis que je souhaite à présent développer dans le cadre de mon étude des peuples mongols sous domination, en Mongolie méridionale (Chine), partant de l’hypothèse que l’alimentation est l’ultime domaine de déploiement de résistance de ces peuples.

Déroulement de l’enquête

L’enquête s’est déroulée dans deux provinces de la République populaire de Mongolie : le Gov’sümber et le Töv.

Comme à mon habitude, j’ai séjourné chez des familles d’éleveurs nomades. Tout d’abord, chez une famille liée par une relation d’entraide économique et sociale avec deux familles voisines, leur campement étant situé à 30 minutes en bus de la ville de Čojr, capitale provinciale du Gov’sümber (à 350 kilomètres de la capitale nationale Ulaanbaatar) [du 29 juillet au 11 août 2017]. Puis, chez une autre famille liée par des alliances matrimoniales ou des liens de consanguinité de deux autres familles, proches géographiquement parlant, chacune installée sur un campement, à 150 kilomètres d’Ulaanbaatar, à 2h30 de route en voiture et en bus d’Ulaanbaatar, dans la province du Töv [du 13 au 19 août].

J’avais initialement prévu de mener la totalité de ma mission dans une province que je connais bien, le Hentij, à l’Est de la Mongolie, à 330 kilomètre d’Ulaanbaatar. J’ai finalement opté pour deux nouveaux sites, le Gov’sümber et le Töv, et donc de nouvelles familles que j’ai rencontrées par le biais d’un réseautage amorcé via Facebook depuis Paris avant mon départ – c’est un outil très utilisé dans toute la Mongolie, aujourd’hui le meilleur moyen de trouver des familles et même d’obtenir des entretiens avec des dirigeants politiques –, puis au moyen du bouche-à-oreille pendant les 2 premiers jours de mon séjour sur Ulaanbaatar.

L’été fut exceptionnellement frais (20°C au lieu des habituels 35-40° Celsius) et pluvieux, avec une pluie incessante nuit et jour pendant toute la durée du séjour, ce qui m’a contrainte à revenir sur Ulaanbaatar pendant 3 jours (du 11 au 13 août) pour faire sécher mon duvet et mes vêtements.

Objectifs de l’enquête

L’enquête comprend quatre volets : 1) Techniques & culture matérielle, alimentation, corpus de photographies, 2) Rites de protection de l’âme du nourrisson, 3) Compromis alimentaires, 4) Réactivation des contacts en Mongolie pour mes futures recherches sur les pratiques alimentaires et le processus du compromis par le biais de l’alimentation en Mongolie méridionale (Chine).

La méthode mobilisée est bien entendu l’observation participante, avec une prise de notes en continu et une relecture a posteriori, généralement chaque soir, avec ou sans les familles, ainsi que la prise de photographies et la réalisation de dessins schématiques et techniques à main levée. L’enquête de terrain s’avère avoir été riche et les objectifs fixés ont été atteints.

1) Techniques & cultures matérielles – Alimentation – Corpus de photographies

Cette enquête est l’occasion de commencer à reconstituer un corpus de données photographiques sur les techniques, notamment alimentaires mais pas exclusivement, comprenant l’action sur la matière et les objets. Ces photographies constituant, de la même manière que les dessins à main levée que je réalise, des données ethnographiques à part entière. Grâce à un appareil photographique (Fujifilm X100F), doté un objectif à focale fixe, je peux précisément faire des photographies et des petits films en focalisant mon regard sur la matière, les gestes, les objets selon un angle précis : le macro. Je peux me placer à 10 centimètres d’une matière, d’un objet, de mains ou d’un corps en mouvement, d’un visage, et réaliser ainsi des gros et très gros plans.

Sur les deux campements où j’ai résidé cet été 2017, j’ai ainsi collecté près de 1500 photographies sur différents points techniques relevant d’activités estivales incombant aux femmes et-ou aux hommes : tonte ; traite, chaîne de transformation du lait, techniques de fabrication et de stockage (versus conservation) des produits laitiers ; manières de table, techniques du boire et du manger, gestes de l’hospitalité ; découpe et vente des quartiers de viande au détail, présentation et vente des produits laitiers, issus des élevages nomades, sur les marchés d’Ulaanbaatar ; traitements thérapeutiques des animaux domestiques et des humains ; confection et rapiéçage de l’isolation en feutre du toit de la yourte.

J’ai soumis en septembre dernier à la revue Techniques & Culture, qui consacre un prochain numéro thématique à la conservation des aliments, un article intitulé « Le soleil, le vent, la peau de ruminant. Stockage versus conservation des laitages en Mongolie ». À partir des techniques de conditionnement du beurre et des fromage séchés, je confronte les points de vue des procédés de transformation des produits laitiers, considérés comme un moyen de stockage par les éleveurs nomades mongols, tandis qu’ils sont davantage des procédés de conservation-stabilisation des produits (texture, goût, odeur, etc.) pour nous. Cet article est une sorte de photo-ethnographie où les gestes techniques sont captés au plus près, dans les interstices du quotidien des familles, au moyen de photographies par l’intermédiaire desquels l’ethnologue spécialiste des techniques fait plonger le lecteur au cœur de la matière, ici alimentaire, le lait, sous deux de ses formes, le beurre rance et le fromage séché. Mon article est en attente d’acceptation.

Les résultats de cette enquête confirment mon projet de mettre en place, à partir de l’année universitaire 2018-2019, un séminaire de recherche sur les techniques et le dessin. Depuis la rédaction de cet article en particulier, l’idée a germé d’élaborer un blog sur les techniques et la culture matérielle, pour suivre plusieurs objectifs :

  • m’en servir comme d’une plateforme de présentation de l’étude des techniques et de la culture matérielle en images, dans le cadre de mon séminaire de recherche : quel type d’image pour décrire quoi et comment (dessin à main levé d’un geste, d’un objet, d’une scène rituelle en une ou plusieurs séquences, schéma, croquis, plan, photographie, petit film, autant d’images retravaillées ou non sur des logiciels de traitement de l’image)
  • servir de visuel aux étudiants qui suivront ce séminaire
  • constituer un catalogue des techniques mongoles
  • publier sous une forme plus libre des petits articles qui ne sauraient faire l’objet d’une publication en bonne et due forme dans une revue scientifique à comité de lecture pour diverses raisons, et aussi parce que les opportunités de publier sur les techniques en tant que telles et pour ce qu’elles sont ne sont pas si évidentes et se font rares.

2) Rites de protection de l’âme humaine

Depuis 2000, je récolte des données ethnographiques (historiettes, dessins, photos), chez des familles de la province du Hentij, sur une figurine en forme de renard découpée dans du feutre et suspendue au-dessus de la tête du nourrisson pendant son sommeil, pour protéger son âme encore fragile et instable, encline à s’évader du corps à la moindre frayeur – les pleurs du nourrisson étant une indication de mauvais rêve et de départ de l’âme.

Je n’avais pas prévu de focaliser mon attention et de recueillir des données sur les rites de protection du nourrisson lors de cette enquête. Cependant, peu avant mon départ sur le terrain un appel à communication de la revue en ligne ethnographiques.org a circulé pour publier un numéro thématique intitulé « Jouer avec les animaux ». J’ai eu l’idée de prendre le titre à contrepied et de proposer une modalité du jouer sur le plan symbolique, néanmoins concret et inscrit dans la matérialité : la manière que le renard a de « jouer » avec l’âme du nourrisson quand elle s’échappe du corps pendant le sommeil pour la « ramener » dans le corps, ceci revenant à la « protéger ».

En 2015, je suis retournée chez une famille de la province du Hentij et j’ai constaté qu’une vraie tête de renard était accrochée au mur sur le prétexte du père de famille, devenu chamane, que c’est « plus efficace pour protéger l’âme du bébé », quand celle-ci est menacée d’être dévorée par des âmes errantes de morts qui, sans support, sont affamées.

Grâce à cette nouvelle enquête, j’ai enrichi des matériaux éparses, récoltés pendant 15 ans dans une même province, le Hentij, auprès d’un réseau de familles liées par des relations de consanguinité, d’alliance ou d’entraide économique et sociale, de nouveaux matériaux recueillis chez de nouvelles familles sans liens les unissant d’une province à l’autre, le Gov’sümber et le Töv.

J’ai pu affiner mon analyse de cette miniature protectrice et du rôle attribué à un animal sauvage, marginal dans l’économie de la chasse, dont la chair impure n’est jamais consommée. Au-delà de l’ambivalence de cet animal, il s’agit de mettre en évidence le rôle du clergé bouddhique à vouloir tourner en dérision des pratiques chamaniques d’une part, de s’interroger sur le choix de cet animal par un peuple d’éleveurs mongol comme protecteur de la petite enfance et du bonheur du foyer domestique.

J’ai soumis une proposition d’article le 17 octobre à la revue ethnographiques.org, sous le titre provisoire « Jeux de renard. Protection de l’âme du nourrisson en Mongolie ». Mon article est en attente d’acceptation.

3) Compromis alimentaires

Mon séjour chez les six familles d’éleveurs nomades rencontrées (trois dans la province de Gov’sümber, trois dans celle du Töv) m’a permis de recueillir, au quotidien, des données sur la question du processus de compromis que les familles font dans le domaine de l’alimentation, c’est-à-dire dans le cadre de leurs pratiques alimentaires, parmi lesquelles des pratiques proprement culinaires mais aussi des pratiques rituelles ou ritualisées d’utilisation-manipulation de substances alimentaires (offrandes, purifications, soins, protections, conjurations). En somme, j’ai focalisé mon observation et mes entretiens à bâtons rompus sur les techniques où un compromis est mis en place pour s’approprier des emprunts plus ou moins récents faits au monde culinaire chinois. Cette observation repose sur 17 années d’étude minutieuse des pratiques alimentaires ordinaires et extra-ordinaires de famille nomades et sédentaires sous l’angle des techniques. Il s’agira de saisir les modalités et le mécanisme des compromis élaborés, consciemment ou non, imposés par des idéologies ou non (bouddhisme, chamanisme, communisme antireligieux, libéralisme post-communiste, etc.). L’observation et les entretiens portent sur les aliments, les techniques, les gestes, les outils, ainsi que sur les conversations entre les membres des familles et éventuellement des visiteurs, ou encore sur les discours apparaissant parfois comme des justifications ou des revendications d’un mode d’être, d’un système ou de valeurs culturels. J’ai mené des entretiens informels avec des femmes et des hommes autour de la préparation-consommation des plats quotidiens et d’hospitalité (soupe, ravioli, tagliatelle, sur fond mongol de viande grasse de mouton), avec des membres âgés des familles sur les repas quotidiens et de fête pendant la période communiste et depuis la chute du régime communiste en 1990 (quels changements depuis le début de la période de tolérance religieuse et la reconnaissance du bouddhisme comme religion officielle, dans les pratiques alimentaires quotidienne, domestiques, privées, mais aussi d’exception, publique, collectives). Enfin, à mon retour sur la capitale Ulaanbaatar, j’ai conduit des entretiens avec des jeunes hommes et femmes, certains étant déjà pères ou mères de famille, sur les repas de fête et sur l’alimentation quotidienne, à la maison ou à l’extérieur.

Ces premiers matériaux, issus d’une enquête en quelque sorte préparatoire, vont me permettre de proposer pour la rentrée universitaire 2018 de débuter un séminaire de recherche en anthropologie de l’alimentation, avec sur le long terme pour fil rouge une réflexion sur le processus de compromis déployé par les peuples sous domination.

4) Réactivation des contacts pour une première enquête en Mongolie méridionale

Cette enquête a été enfin l’occasion de réactiver des contacts pour une future enquête en Mongolie méridionale sur les compromis alimentaires des peuples mongols sous contrôle chinois, en Mongolie méridionale.

  • Entretien avec Russel Nelson, archéologue qui fait des fouilles en Mongolie
  • Prise de contact avec Joshua Wright, archéologue qui fait des missions en Mongolie, en Mongolie méridionale et en Chine
  • Prise de contact William Honeychurch, archéologue, spécialiste de la mobilité et des contacts entre les cultures mongoles et chinoises
  • Entretien avec Badamhaatan Oju, ethnologue à l’Institut d’histoire de l’Académie mongole des sciences
  • Entretien avec des familles mongoles qui ont des membres de leur famille qui travaillent en Mongolie méridionale, à la capitale Höhhot ou dans le territoire Ordos, là où j’envisage de faire une première mission en 2018 ou 2019 – selon que la prochaine mission portera sur les pratiques alimentaires ou les maladies animales, à voir avec mon futur partenariat que je dois mettre en place avec AVSF et un étudiant en thèse d’AgroParisTech pour une étude d’ethno-véto sur les traitements thérapeutiques, en binôme.

Sandrine Ruhlmann (CCJ-CECMC)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *