Tianjin Cosmopolis. Une autre histoire de la mondialisation

Compte rendu inédit par Delphine Spicq, pour les Carnets du Centre Chine, de : Pierre Singaravélou. Tianjin Cosmopolis : une autre histoire de la mondialisation. Paris : éditions du Seuil, 2017, 372 p. (Coll. « L’Univers historique »). ISBN : 978-2-02-121919-7

Cette monographie sur l’histoire du gouvernement provisoire de Tianjin (juillet 1900-août 1902) comporte une introduction assez longue, huit chapitres de taille à peu près égale (environ 35 pages), à l’exception du chapitre 6 nettement plus court, une conclusion et deux annexes.

Après une introduction d’une trentaine de pages dans laquelle il plante le décor, l’auteur rappelle l’histoire de la ville avant 1900 et explique pourquoi il a choisi de travailler sur cet épisode particulier de l’histoire moderne de la Chine. Ce moment a, selon lui, été oublié par l’historiographie, ce qui n’est pas tout à fait exact : le gouvernement provisoire de Tianjin a été étudié par d’autres avant lui[1], mais beaucoup plus succinctement et non comme sujet principal d’un article ou d’un livre. L’auteur est effectivement le premier à produire une monographie centrée sur le gouvernement provisoire de Tianjin, peu étudié de façon générale, et par l’historiographie française en particulier.

Viennent ensuite les huit chapitres sur le siège de la ville, sa libération et son pillage, sur l’instauration du gouvernement provisoire de Tianjin, sur les pratiques policières, la répression judiciaire et la protection sociale, sur l’aménagement du territoire, sur la révolution sanitaire, sur le sel et la ville (un chapitre très court qui aurait pu être intégré au chapitre suivant sur le scramble urbain qu’il illustre bien) et enfin sur la rétrocession de l’administration de la ville aux autorités chinoises.

Ces chapitres retracent minutieusement le déroulement des événements et proposent une description détaillée du fonctionnement  et des réalisations de ce gouvernement. L’auteur a fort bien utilisé les sources primaires auxquelles il a eu accès, principalement les procès-verbaux du gouvernement provisoire de Tianjin, mais aussi toute une littérature secondaire qui lui a permis d’éclairer judicieusement certains événements ou caractéristiques de cette administration d’un type particulier.

Sur la forme, le style est agréable à lire et les coquilles sont rares. Cependant, certaines négligences diminuent la valeur de cette belle entreprise : la translittération du chinois n’est pas unifiée (le nom d’une même personne est une première fois orthographié Ye puis à l’occurrence suivante Yeh). Cela provient sans doute du fait que l’auteur cite des sources très diverses utilisant des translitérations différentes, ce qui entraîne une certaine confusion. Une harmonisation et l’utilisation systématique de la translitération en vigueur aujourd’hui (le pinyin) entre crochets auraient permis une identification plus précise des lieux et des personnes, qui reste d’autant plus difficile que les caractères chinois ne sont pas donnés (p. 77, 85, 130, 140, 150, 151, 197, 201, etc.).

De la même façon, les cartes (p. 10, 57, 61, 171 et 160) et illustrations (p. 46, 69 et 75) en noir et blanc sont peu lisibles et de ce fait inutilisables. La belle carte de la ville en double page et en couleur du feuillet central pallie ce manque. Un traitement semblable pour l’ensemble des cartes et des illustrations aurait été bienvenu et utile.

Enfin, dans l’annexe « Des archives aux quatre coins du monde », l’auteur explique qu’il a été le premier à utiliser un certain nombre d’archives. Cette affirmation péremptoire mérite quelques rectifications : j’avais pour la rédaction de ma thèse consulté et utilisé les archives du service historique de la Défense de Vincennes ainsi que celles du Foreign Office à Londres. J’en avais bien évidemment fait mention dans ma thèse puis dans sa version publiée, comme d’autres historiens qui ont travaillé sur les différentes archives en rapport avec Tianjin avant P. Singaravélou (cf. note 1). De la même façon, contrairement à ce que l’auteur avance, les procès-verbaux du gouvernement provisoire de Tianjin n’étaient pas demeurées inédites jusqu’à récemment. J’ai eu accès à une copie lors de mon séjour à Tianjin, que j’ai pu reproduire, grâce à l’historien Liu Haiyan, du département d’histoire de l’Académie de Sciences de Tianjin. Ruth Rogaski y avait également eu accès avant moi. Pour information, le professeur Liu Haiyan a longtemps travaillé sur ces procès-verbaux, les a faits traduire et éditer en chinois il y a déjà plusieurs années de cela. Le professeur Liu m’avait également accompagné à Nantes où se trouvait encore au début des années 2000 les archives consulaires et notamment le fonds d’archives sur la concession française de Tianjin. Enfin le fonds en langues occidentales sur les concessions des archives municipales de Tianjin a été consulté par Liu Haiyan, Ruth Rogaski et moi-même : ce fonds n’est que partiellement classé et je suis étonnée que P. Singaravélou puisse nous expliquer son contenu puisqu’il n’y a pas eu accès. Les archives municipales de Tianjin possèdent surtout un important fonds en langue chinoise sur lequel il semble difficile de faire l’impasse lorsque l’on prétend travailler sur l’histoire de la ville.

Pour clore le sujet des archives, la difficulté, dans le cas de « l’hyper concession » qu’a été Tianjin, est le nombre élevé de dépôts d’archives – puisqu’il y a eu pas moins de huit concessions étrangères entre 1902 et 1917 et par conséquent au moins un dépôt par nation, à quoi il faut bien sûr ajouter la Chine. En outre, ces archives sont souvent éparpillées entre plusieurs institutions récipiendaires, ainsi pour la France : archives diplomatiques, service historique de la Défense, etc. Ceci implique un repérage de tous ces fonds d’archives qui, à ma connaissance, n’a jamais été mené en totalité pour la bonne raison qu’il implique la maitrise d’au moins sept langues différentes…

La bibliographie, très riche (17 pages) brasse un vaste répertoire de sources secondaires sur des sujets très variés (la décolonisation, les études urbaines, l’histoire connectée, etc.).

Malgré les réserves énoncées précédemment, cet ouvrage a le grand mérite de faire connaître une ville et un épisode de son histoire jusqu’à présent largement ignorés par le grand public. Si le sujet n’est pas nouveau, la présentation et la description que l’auteur en fait sous un angle avant tout cosmopolite sont pertinentes.

[1] D’autres chercheurs ont avant lui consulté et fait usage des archives diplomatiques ou municipales concernant Tianjin, Ruth Rogaski (Hygienic Modernity : Meanings of Health and Disease in Treaty-Port China, 2004) ; Liu Haiyan (清代以来天津土地契证档案选编, 2006) ; Delphine Spicq (L’Avènement de l’eau courante à Tianjin, 1900-1949, 2012).

Delphine Spicq

Delphine Spicq est historienne, maître de conférences au Collège de France. Elle est également rattachée au CECMC.

Fiche du livre sur le site des édiitons du Seuil


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *