Mais que veut Xi Jinping ?

Rocca, Jean-Louis. Mais que veut Xi Jinping ?. Le Monde diplomatique [En ligne], octobre 2017. URL : https://www.monde-diplomatique.fr/2017/10/ROCCA/58041 (consulté le 15 octobre 2017)

Le Congrès du Parti communiste chinois, qui réunit 2 270 délégués venus de tout le pays, s’ouvre le 18 octobre à Pékin. Les commentateurs ont souvent mis en avant l’emprise autoritaire du président Xi Jinping, certains parlant même de « nouveau Mao Zedong ». Mais c’est une nouvelle génération qui tient le pouvoir politique et économique… bien loin des clichés.

Parmi toutes les méthodes qui pourraient permettre de mieux comprendre le fonctionnement du parti communiste chinois (PCC), il en est une très largement négligée : l’analyse en terme de génération (1). De la même façon que la socialisation au sein d’une classe sociale modèle un individu — de sa façon de marcher à son comportement politique (2) — le fait d’appartenir à une génération ayant vécu des expériences communes contribue à créer un certain type de personne. Le cas des élites chinoises est exemplaire. Dans tous les domaines — économiques, artistiques, académiques et bien sûr politiques — une génération très particulière tient aujourd’hui les rênes du pouvoir. Comme l’illustre la trajectoire du président de la République Xi Jinping.

Né dans une famille de hauts cadres en 1953, il a eu, comme tous ses semblables, une enfance privilégiée, même si son père a connu des problèmes politiques dès le début des années 1960. A 16 ans, il est pris dans la tourmente de la Révolution culturelle (1966-1971) et envoyé à la campagne, où il passe des années difficiles. À son retour, il peut poursuivre des études supérieures ; diplômé de l’université Tsinghua qu’il fréquente entre 1975 à 1979, il entame ensuite une carrière dans le Parti qui le mènera aux plus hautes fonctions. La plupart des élites sexagénaires ont connu cette suite d’expériences marquantes pour le corps et l’esprit. Cela a créé un habitus (3) collectif, une « seconde nature », singulièrement parmi la deuxième génération de fils de révolutionnaires, ceux qui sont nés « rouges » et en tirent une certitude sur leur légitimité à guider le pays.

Lire l’article sur le Monde diplomatique [édition en ligne]


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *