Participer dans le monde chinois : une jeunesse connectée

« Participer dans le monde chinois : une jeunesse connectée ». Dossier coordonné par Émilie Frenkiel et Simeng Wang. Participations : revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté, vol. 17, n° 1, 2017. 224 p. ISSN : 2034-7650. ISSN en ligne : 2034-7669. ISBN : 9782807391208. URL : https://www.cairn.info/revue-participations-2017-1.htm (consulté le 7 octobre 2017).

Sommaire du dossier

  • Émilie Frenkiel, Simeng Wang
    Les jeunes Chinois dans différents espaces nationaux : expressions et engagements politiques, p. 5-33

    Dans ce numéro, nous nous interrogeons sur les spécificités de la parole, de l’opinion publique et de la participation politique des Chinois, et sur les conséquences de leur interaction croissante avec le monde extérieur, que ce soit en Chine, sur Internet, en voyage, dans le cadre de leurs études ou de leur vie professionnelle, ainsi que sur les stratégies qu’ils adoptent pour exprimer leurs opinions et participer. […]

  • Séverine Arsène
    L’opinion publique en ligne et la mise en ordre du régime chinois, p. 35-58

    Cet article retrace les doctrines formulées par les autorités sur l’opinion publique en ligne de la fin des années 1990 à aujourd’hui. À travers elles, se dessine le pari, pris par l’administration Hu, que cette opinion publique, canalisée, puisse être mise au service d’un mode de gouvernement technocratique, et instrumentalisée dans la mise au pas d’un appareil politico-administratif difficile à maîtriser. Dans une période plus récente, le traitement de l’opinion publique s’inscrit dans un contexte de concentration des pouvoirs autour de la personne de Xi Jinping, où la censure est revendiquée par le pouvoir, avec un retour à une conception plus conservatrice du rapport aux médias.

  • Jun Liu, Traduction David Rochefort
    Les rumeurs et la téléphonie mobile : participation et résistance dans la Chine contemporaine, p. 59-90

    Cet article présente les caractéristiques et la nature des rumeurs diffusées par téléphone portable en Chine contemporaine. Cette enquête, portant sur six cas d’étude et basée sur une cinquantaine d’entretiens approfondis, étudie comment les rumeurs colportées par téléphone portable sont devenues une forme à part entière de résistance populaire. Le bas coût et la facilité d’accès aux téléphones ont considérablement réduit le seuil de protestation et offert aux gens, en particulier ceux sans grandes compétences technologiques, une opportunité inédite d’organisation, de coordination ou de résistance. La visibilité mutuelle permise par un réseau de téléphones portables ancré dans des relations interpersonnelles (guanxi) augmente la crédibilité de l’information ainsi que le sentiment de sécurité, et encourage ainsi la participation. De plus, la communication mobile synchronique permet l’accumulation des discours de la rumeur, qui devient alors très rapidement résistance. La diffusion de rumeurs par téléphone portable, en tant que nouvelle forme de politique conflictuelle, met en évidence l’opposition à la censure gouvernementale et au contrôle des communications, ainsi que la résistance à l’usage par les autorités des accusations de colporter des rumeurs pour faire taire toute voix divergente. En s’appuyant sur le cas des rumeurs, cette étude tente ainsi d’élargir la compréhension de la participation politique en Chine contemporaine.

  • Nolwenn Salmon
    Quelle place accordée à l’opinion publique dans la gouvernance chinoise ? La mobilisation autour des particules PM2.5 en 2011, p. 91-120

    Avec l’étude du déclenchement d’une des principales mobilisations sociales récentes en Chine, celle pour la qualité de l’air, cet article analyse comment s’instaure, sous l’équipe dirigeante Hu Jintao – Wen Jiabao, un modèle de gouvernance qui donne une certaine marge à la population chinoise pour prendre part au processus de décision politique. L’objet de cet article est donc de réfléchir à comment et dans quelle mesure la prise en compte de l’opinion publique par le gouvernement accroît le processus de pluralisation politique en l’ouvrant à la population. Les analyses sont basées sur des interviews, microblogs, journaux, sites d’associations et du gouvernement chinois.

  • Émilie Frenkiel
    Hacker la démocratie taïwanaise : Audrey Tang et la réinvention de la politique, p. 121-153

    Cet article est consacré à Audrey Tang, appartenant au collectif de jeunes hackers citoyens g0v et devenue ministre du Numérique à Taïwan en octobre 2016. Il étudie comment les dispositifs numériques de participation sont fabriqués dans le contexte taïwanais, au croisement des influences occidentales et de l’influence de son voisin chinois, et engagé dans un processus de profond renouvellement politique depuis l’occupation du Parlement par des étudiants lors du mouvement des Tournesols de 2014. L’article enquête sur les raisons d’une rencontre originale entre savoir-faire technique, réflexion théorique et volonté politique.

  • Simeng Wang
    La resocialisation politique de migrants internationaux et leurs prises de parole politiques : le cas de jeunes Chinois qualifiés à Paris, p. 155-176

    En mettant la focale sur de jeunes migrants chinois de la première génération venus en France dans les années 2000, résidant en région parisienne et dotés de titres scolaires et de ressources économiques, sociales et culturelles, cet article analyse le processus de leur resocialisation politique et leurs prises de parole politiques. Chez ce groupe jeune et qualifié, la question de la resocialisation politique se pose de manière flagrante, puisqu’ils ont grandi en contexte autoritaire puis immigré dans un pays démocratique. Avec une approche ethnographique, l’auteure observe l’expression politique des enquêtés lors de leurs sociabilités au quotidien se déroulant sur la Toile comme hors ligne : commentaires d’actualités françaises et chinoises, discussions de groupe en ligne, manifestations, conférences publiques, entre autres. L’auteure constate d’abord l’impact du contexte politique dans lequel l’individu se situe sur sa participation politique. En changeant de régime politique comme environnement de vie, ces enquêtés apprennent la citoyenneté et s’approprient diverses formes d’expression de l’opinion politique. En même temps, l’auteure démontre une différenciation des rapports qu’entretiennent ces enquêtés avec la politique, due aux propriétés sociales de chacun. Les uns, souvent formés en sciences humaines et sociales, jouent un rôle d’intermédiaires des flux d’informations politiques transfrontalières et participent activement à la démocratisation de la société chinoise. Alors que les autres – souvent ceux travaillant dans le secteur économique – montrent un certain désintérêt pour les sujets démocratiques dans leur pays d’origine. Enfin, l’auteure défend l’idée que l’expression politique des enquêtés varie selon les conditions d’expression, les locuteurs en présence, la pluralité des investissements d’ordre intellectuel, professionnel, affectif et humanitaire.

Consulter la revue en ligne sur Cairn.info (accès restreint)


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *