Enseigner l’histoire à Taïwan : l’impossible concorde ?

Stolojan-Filipesco, Vladimir. Enseigner l’histoire à Taïwan : l’impossible concorde ?. Critique internationale, vol. 76, n° 3, 2017, pp. 167-188. DOI : 10.3917/crii.076.0167. URL : http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2017-3-page-167.htm (Consulté le 12 septembre 2017)

Depuis 1945 et jusqu’à la démocratisation des années 1990, le Parti nationaliste chinois a imposé à Taïwan un régime autoritaire avec pour corollaire des politiques identitaires faisant de l’île une Chine idéalisée. Il s’agissait de présenter le gouvernement en exil de la République de Chine comme le seul à pouvoir légitimement représenter la Chine sur la scène politique internationale. Ce grand récit a été mis à mal à partir du moment où le parti a commencé à relâcher son emprise sur la société insulaire. En 1997, les premiers manuels scolaires accordant plus de poids à l’histoire taïwanaise qu’à celle du continent chinois ont été adoptés, non sans affrontements entre les conservateurs défenseurs d’une identité sino-centrée et les tenants d’une identification taïwano-centrée. Certes, cette réforme n’a pas été remise en cause par la suite, mais des débats similaires se sont produits à chaque édition de nouveaux programmes du secondaire. Cette étude revient sur l’ensemble de ces discussions depuis 1997 en s’attachant à souligner leur lien avec les alternances gouvernementales qui se sont succédé depuis 2000.

Lire l’article sur Cairn.info

Page personnelle de Vladimir Stolojan-Filipesco


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *