Chine et démocratie : que reste-t-il de Tiananmen ?

Au lendemain de la libération conditionnelle du dissident chinois Liu Xiaobo, et alors que le gouvernement passait sous silence le 28ème anniversaire du massacre de Tiananmen le 4 juin dernier, l’émission L’Invité des Matins, sur France Culture, recevait Jean-Philippe Béja (CERI-Sciences Po) et Wang Dan, ancien leader étudiant de 1989, lundi 26 juin 2017.

Qu’est ce qui a changé dans la société chinoise et notamment sur le plan politique depuis l’épisode de la répression de la révolte de Tiananmen ?

Avant 1989, les jeunes et les intellectuels se sentaient investis d’un devoir envers l’avenir de l’Etat chinois. Après les évènements de Tiananmen, toute une génération a renoncé à cette responsabilité. Dans une véritable démocratie il faut de la compréhension entre la classe dirigeante et le peuple, compréhension qui a été rompue. Wang Dan

Le régime chinois vous semble-t-il solide ?

Le Parti communiste peut maintenir le pouvoir parce qu’il y a de la croissance économique. Je pense que dans le futur le pouvoir du Parti sera remis en question par la crise économique. Le peuple demandera de plus en plus de démocratie. Wang Dan

Ce régime repose essentiellement sur la performance économique comme élément de sa légitimité, et sur le nationalisme, soit réaliser le rêve chinois. Mais les luttes internes existent. Xi Jinping a offensé beaucoup d’autres dirigeants chinois. Il y a des contradictions importantes au sein du Parti. Jean-Philippe Béja

Comment qualifieriez-vous le régime chinois Wang Dan ?

C’est assez compliqué. Il y a du capitalisme, du socialisme. En fait il y a en Chine le pire du capitalisme et le pire du socialisme. Wang Dan

Les crimes maoïstes sont-ils omis par le régime dans l’apprentissage du passé chinois ?

Depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, parmi les fautes que l’on ne doit pas commettre, il y a le nihilisme historique. Il ne faut pas parler des erreurs du Parti communiste au cours de son histoire. La légitimité du Parti communiste est qu’il représente la marche en avant de l’histoire. Pour pouvoir représenter cette marche en avant, le mieux c’est de contrôler l’histoire et d’empêcher de la connaître. Jean-Philippe Béja

Voir aussi

Wang Dan et Jean-Philippe Béjà étaient également présents au 6ème Congrès International du GIS Asie dans le cadre d’Asia Days at Sciences Po #AsiaDays, avec un débat autour de Wang Dan : Democracy in Asia, mardi 27 juin 2017.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *