ChinaSpheres

Présentation de ChinaSpheres par Sebastian Veg, directeur d’études à l’EHESS, responsable de ce nouveau projet ANR (2017-2018) consacré aux sphères publiques alternatives en Chine au 20e siècle.

Sebastian Veg a animé un séminaire sur le sujet durant l’année universitaire 2016-2017 : The Public Sphere in 20th century China.

ChinaSpheres – Les sphères publiques alternatives en Chine au 20e siècle

L’histoire de la Chine au XXe siècle est généralement envisagée comme une série de tentatives avortées pour institutionnaliser la société civile et pour consolider une sphère publique propice à un véritable débat politique. Cependant, cette approche tend à définir la sphère publique de façon normative et anhistorique. Le présent projet adopte par conséquent une nouvelle approche empirique et théorique en partant de l’évolution des pratiques sociales et intellectuelles dans une perspective inductive. Il prend pour objet un ensemble de textes littéraires et d’essais qui circulent publiquement, les vecteurs institutionnels sur lesquels ils s’appuient, et les publics de lecteurs ou les communautés discursives qui leur sont associés.

Cinq études de cas qui jalonnent le XXe siècle ont été choisies pour examiner différentes configurations dans lesquelles se sont déroulés les débats intellectuels et politiques : ces contre-sphères en exil, locales, sous-terraines, transnationales et virtuelles sont envisagées comme des lieux de diffusion du discours rationnel et de formation de l’opinion publique. Les discussions politiques dans les journaux étudiants de Tokyo avant la révolution de 1911 ; le débat sur les langues locales et l’autonomie régionale dans le Sichuan du 4 Mai ; les échanges de lettres, journaux intimes et littérature samizdat parmi les « jeunes instruits » envoyés à la campagne sous la Révolution culturelle ; Hong Kong comme sphère publique offshore pour débattre des affaires de la Chine ; enfin l’internet sinophone : autant de forums pour des débats politiques clés tout au long du siècle.

En centrant l’étude de la Chine moderne et contemporaine sur la sphère publique, on remet en cause un certain nombre d’idées reçues sur le rôle de l’État pour redonner sa centralité à la société. Ce projet fait l’hypothèse qu’un réseau non institutionnalisé de sphères publiques alternatives a pu servir à débattre des questions politiques majeures à laquelle la Chine a été confrontée au long du XXe siècle, notamment au sujet du rôle de l’individu et de l’organisation de la cité. Cette approche nous permet de comprendre comment la société chinoise est restée un lieu d’action politique même dans un environnement illibéral. Elle dissipe également l’idée selon laquelle la société chinoise serait inapte ou mal préparée à la délibération démocratique.

Toute enquête sur la sphère publique est par nature interdisciplinaire. Si l’approche proposée est historique, la notion de sphère publique est empruntée au domaine de la philosophie politique ou de la science politique. Le corpus de l’enquête est textuel : ce sont les essais, textes littéraires et philosophiques publiés dans les journaux étudiants de Tokyo dans les années 1900, dans les revues locales à Chengdu dans les années 1920, dans les écrits sous-terrains pendant la Révolution culturelle, dans la presse hongkongaise et les journaux étudiants dans les années 1980, et en ligne dans les années 2000. Les textes littéraires sont particulièrement utiles pour échapper à la censure politique et permettre les débats. Tous les textes seront examinés dans leur ancrage social, et étudiés du point de vue de leur réception et de leur circulation. Le projet s’inscrit donc d’abord dans le champ de l’histoire intellectuelle et des études chinoises (aires culturelles). L’EHESS, qui confronte de longue date les approches historiques avec les sciences sociales, est particulièrement bien placée pour héberger ce projet.

China’s Alternative Public Spheres in the 20th century

China’s 20th century history is usually viewed as a series of failed attempts to institutionalize civil society and consolidate a public sphere conducive to meaningful political debate. However, this approach often defines the public sphere in a normative and ahistorical manner. The present project takes a new empirical and theoretical approach by examining changing social and intellectual practices from a bottom-up perspective. It takes as its object publicly disseminated, literary or essayistic texts, the institutional vectors that allow them to circulate, and the reading publics or discursive communities associated with them.

Five case studies, spanning the 20th century, are chosen to examine different configurations in which intellectual and political debates took place: exilic, local, underground, transnational, and virtual counter-spheres are considered as venues for the dissemination of rational discourse and the formation of public opinion. Political discussions in Tokyo student journals before the 1911 Revolution; the debate on local culture and autonomy in May Fourth Sichuan; the exchange of letters, diaries and samizdat literature among rusticated youth in the late Cultural Revolution; Hong Kong as an offshore public sphere to debate Chinese affairs; and the sinophone internet are considered as fora for key political debates.

Centering the study of modern and contemporary China on the public sphere displaces assumptions about the central role of the state and returns agency to society. The project suggests that a non-institutionalized network of alternative public spheres served to debate the major political questions facing China about the nature of the state, the role of the individual, and the organization of society. This approach enables us to understand how Chinese society remained a locus of political agency in an illiberal environment. It also effectively dispels the idea that Chinese society is unfit or unprepared for democratic deliberation.

Investigation of the public sphere is inherently interdisciplinary. While the approach is historical, the notion of the public sphere comes from the area of political philosophy or political science. The material of the investigation is textual: literary, essayistic, and philosophical texts published in Tokyo student journals in the 1900s, in local publications in 1920s Chengdu, in underground writings during the Cultural Revolution, in the Hong Kong press and student journals in the 1980s, and online in the 2000s. Literary texts are particularly useful to escape political censorship and allow debates. All texts are examined within social fields, as well as studied from the point of view of their reception and circulation. The project should therefore be considered primarily within the fields of intellectual history and cultural studies/China studies. The EHESS, as a strongly interdisciplinary institution, combining history and social science, is particularly well-suited to host it.

Voir aussi

  • Veg, Sebastian. New spaces, new controls : China’s embryonic public sphere. Current History, September 2015, pp. 203-209. URL : http://www.currenthistory.com/VEG_CurrentHistory.pdf (consulté le 8 juin 2017).
  • Veg, Sebastian. Speaking with the silent majority : new intellectuals in China’s changing public sphere ». CCCI [Cornell Contemporary China Initiative] Lecture Series, September 28, 2015 (consulté le 8 juin 2017). La vidéo de cette conférence peut-être visionnée sur Cornell Cast ou sur Vimeo.

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *