Le retour des classes sociales dans les mondes post-socialistes ?

« Le retour des classes sociales dans les mondes post-socialistes ? Conditions et modalités d’un renouveau des grilles de lecture du monde social post-socialiste ». Ce colloque est organisé dans le cadre du projet transversal du CERI : «Représentations et pratiques des classes sociales », sous la responsabilité de Mihaela Hainagiu (EHESS) et de Jean-Louis Rocca (Sciences Po Paris).

Date

  • Mardi 13 juin 2017, 9h00-18h00

Lieu

  • CERI – Sciences Po – Salle de conférences, Bât. S
    56 rue Jacob – 75006 Paris

Présentation

Depuis les années 1990, la notion de classe sociale a pratiquement disparu du langage académique sur les pays post-socialistes. Cette disparition avait été précédée de l’élimination du terme par la doxa des partis communistes. Les sociétés socialistes étaient censées ne posséder que deux classes non antagonistes (les paysans et les ouvriers) et une couche sociale (les intellectuels). Par la suite, dans les nouveaux régimes issus de la fin de la guerre froide, ce vocabulaire disparut en même temps que le marxisme. Ce fût le cas dans les sociétés démocratisées de l’Europe de l’Est mais aussi dans les pays qui sont entrés dans le ‟socialisme de marché” (Chine, Vietnam). Dans les deux situations, l’objectif est de dépolitiser le débat en évitant un langage marqué par le conflit et les rêves révolutionnaires. Dans une démocratie de marché, la stratification sociale est envisagée comme le résultat de trajectoires individuelles. La seule classe qui semble susciter l’intérêt est la classe moyenne, précisément parce qu’elle symbolise la fin des sociétés de classe.

En parallèle, si pendant longtemps, les analyses en termes de classes ont joué un rôle important dans les travaux des chercheurs de l’Ouest, y compris à propos des pays socialistes, ce n’est plus le cas depuis les années 1990. Les théories dominantes considèrent que les populations des ex-démocraties populaires étant composés de citoyens égaux entre eux, il ne peut exister d’oppositions rigides mais seulement des ‟nuances” de condition sociale engendrées par la méritocratie. Quant au “socialisme de marché”, le paradigme à l’œuvre parmi les chercheurs, qu’ils soient occidentaux ou autochtones, consiste à privilégier une ligne de fracture entre dominants et dominés et non pas entre classes sociales ; d’un côté une poignée de dictateurs, de l’autre l’ensemble de la population.

Depuis quelques temps, on semble pourtant assister à un regain d’intérêt pour une représentation sociale en terme de classes. Cette journée d’étude voudrait rendre compte de ce phénomène en abordant deux questions.

La première concerne les raisons socio-politiques qui ont conduit à ce renouveau. Pourquoi et comment divers milieux sociaux (chercheurs en sciences sociales, politiciens, journalistes, syndicalistes, activistes…) contribuent-ils à une représentation du monde social basée sur une division en classes ? En quoi cette représentation s’oppose-t-elle ou au contraire s’articule-t-elle avec d’autres paradigmes mobilisés aujourd’hui ?

La deuxième question touche aux gains heuristiques que l’on peut attendre d’un tel renouveau. En quoi la notion de classe sociale permet-elle de mieux saisir les reconfigurations de la structure sociale mais aussi de mieux comprendre les mobilisations politiques dans les pays post-socialistes ? Comment cette notion est-elle définie ? Quels sont les critères employés pour dessiner les frontières d’une classe sociale ?

Programme

9h00-9h30   Accueil & café

9h30-10h00

  • Mot de bienvenue par Ewa Kulesza, directrice exécutive du CERI, Sciences Po
  • Introduction par Mihaela Hainagiu, EHESS et Jean-Louis Rocca, Sciences Po-CERI

10h00-12h30   Statistique, sociologie, espace militant : espaces de production de nouvelles grilles d’appréhension du social ?

  • Martine Mespoulet, Université de Nantes, CENS
    Sortie du communisme en Hongrie : sociologues et statisticiens face à l’analyse de la structure sociale
  • Izabela Wagner-Saffray, Université de Varsovie, Institut de Sociologie
    Retour ou résurrection ? La notion de classes dans les sciences sociales polonaises aujourd’hui
  • Mihaela Hainagiu, EHESS, Paris, IRIS-CMH
    Co-construction et promotion d’une représentation du monde social divisé en classes en Roumanie : pôles institutionnels de production sociologique et militantisme des nouvelles fractions intellectuelles

14h00-15h40   Les enjeux des prises de position sur, pour et au nom de la classe moyenne

  • Alexander Bikbov, Université d’État de Moscou, Centre de philosophie contemporaine et sciences sociales
    La classe moyenne russe, une réanimation du mort-vivant : contre la guerre civile et pour la consommation
  • Jean-Louis Rocca, Sciences Po-CERI
    Parler de classe sociale pour ne pas parler de politique : la moyennisation de la Chine

15h40-16h30   Travailler en sociologue avec la notion de la classe. Un exemple de recherche

  • Marie-Laure Geoffray, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CREDA
    Penser la conflictualité sociale à travers la notion de classes sociales à Cuba

16h30-16h45   Pause

16h45-18h00   Débat général

Inscription obligatoire

Plus d’informations


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *