Les présents diplomatiques entre la Chine et l’Europe aux XVIIe-XVIIIe siècles

Les présents diplomatiques entre la Chine et l’Europe aux XVIIe-XVIIIe siècles

17-18世纪中国与欧洲外交礼品往来

Diplomatic Gifts between China and Europe in the 17th-18th centuries

Premier colloque international du programme franco-chinois : La circulation des objets émaillés entre France et Chine (LIA TrEnamelFC).

Organisateurs

  • Liliane Hilaire-Pérez (ICT/CAK)
  • Isabelle Landry-Deron (CCJ)
  • Sébastien Pautet (ICT)
  • Fabien Simon (ICT)
  • Bing Zhao (CRCAO).

Trois membres de CCJ-CECMC participent à ce colloque : Isabelle Landry-Deron, Catherine Jami, John Finlay.

Le colloque est organisé avec les soutiens de : CRCAO, CECMC, ICT, CAK, Campus France et CNRS.

Dates et lieux du colloque

  • Jeudi 4 mai 2017
    Salon de la Maison de l’Asie
    22, avenue du Président Wilson – 75016, Paris
  • Vendredi 5 mai 2017 :
    Université Paris Diderot
    Bâtiment Olympe de Gouge, salle M019
    Place Paul Ricœur – 75013 Paris

Présentation

Peut-on employer le terme « cadeaux diplomatiques » pour ce qui concerne les XVIIe-XVIIIe siècles entre la Chine et les pays européens, alors que dans la tradition chinoise, tout pays étranger n’était qu’un vassal devant l’empereur de Chine ? Nous regroupons en fait sous ce terme tous les objets destinés à être offerts par une cour européenne ou un membre de la famille royale ou aristocratique à l’empereur de Chine, aux princes, et aux mandarins, et réciproquement.

Dans ce contexte des échanges officiels, les présents soigneusement choisis sont porteurs d’une fonction politique de faire-valoir, en plus des caractéristiques formelles propres aux objets dotés de pouvoirs de séduction. Agissant ainsi comme objets de pouvoir et de courtoisie, leur nature est ambivalente : les caractéristiques intrinsèques (esthétique, économique et technique) doivent refléter aussi bien l’identité de celui qui offre que celle de celui qui reçoit. En plus de la matérialisation du pouvoir suprême, les objets « exotiques » de prestige par excellence, assument également de multiples autres fonctions sociales entre autres, le témoignage de respect et de confiance, le moyen d’introduction et d’obtention de faveurs.

Le colloque sera l’occasion de faire dialoguer entre elles les sources primaires, en particulier les archives (imprimées et surtout manuscrites) issues de traditions textuelles différentes et de contextes sociaux qui s’ignoraient. L’objectif est de construire une histoire des échanges à « plusieurs voix » et à une réalité sociale multiple.

Programme


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *