Des morts qui font désordre

David, Béatrice. Des morts qui font désordre : l’émotion suscitée par l’évacuation forcée de tombes dans la campagne périurbaine du Henan (Chine). In Anne Caiozzo (éd.), Mythes, rites et émotions : les funérailles le long de la route de la soie. Paris, Honoré Champion, 2016. <hal-01326550>

Résumé

Dans le passé le qualificatif « luan », qui exprime la notion chinoise du désordre, s’appliquait pour désigner les funérailles sauvages (luanzang) des défunts qui, tels les enfants morts en bas âge, n’avaient pas qualité à recevoir le traitement funéraire réservé aux ancêtres. Dans le langage de l’Etat chinois moderne le « désordre » qualifie les pratiques qui contreviennent à la nouvelle norme élaborée dans le cadre de la réforme funéraire entreprise au début des années 1950 par le gouvernement de la République populaire dans le but d’éradiquer des « mauvaises coutumes » tenues pour l’expression de « superstitions héritées de la société féodale.» Le modèle canonisé par les gestionnaires de l’Etat moderne impose la crémation et interdit l’inhumation des restes des défunts en dehors des cimetières aménagés à la périphérie des villes. Des arguments économistes parés de notions hygiénistes sont également invoqués : les morts inhumés occupent des espaces précieux à la survie alimentaire des vivants. La crémation, en annulant l’usage de bois pour la fabrication des cercueils, est présentée comme une mesure à portée écologique, de préservation des espaces boisés.

Lire le texte intégral de l’article

Page personnelle de Béatrice David


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *