Un destin trop grand

Paulès, Xavier. Un destin trop grand. L’Histoire, n° 428, octobre 2016. URL : http://www.lhistoire.fr/livres/un-destin-trop-grand (consulté le 3 octobre 2016)

Compte rendu de : Alain Roux, Chiang Kaï-shek. Le grand rival de Mao, Paris, Payot, 2016.

chiang kai shek.inddLe lecteur peu familier de l’histoire chinoise voit vraisemblablement Chiang Kaï-shek comme le rival de Mao, vaincu au terme d’une lutte qui s’engage en 1927 avec la rupture du premier front uni entre le Guomindang – le parti nationaliste fondé en 1912 par Sun Yat-sen et dont Chiang prend la tête en 1925 – et le Parti communiste chinois et s’achève en 1949, avec la victoire de l’Armée rouge et la proclamation de la République populaire de Chine. Pourtant, c’est seulement à la toute fin de la guerre sino-japonaise de 1937-1945 que le PCC boxe dans la même catégorie que le Guomindang et lui conteste véritablement le pouvoir. Le personnage clé qui préside aux destinées de 400 millions de Chinois durant toutes ces années, c’est ainsi Chiang et non Mao.

Rien d’étonnant, donc, à ce que Chiang ait déjà connu les honneurs de très nombreuses études. Néanmoins, jusqu’aux années 1990, les biographies parues en chinois se partageaient entre l’hagiographie (à Taïwan, où les nationalistes s’installent après la victoire communiste) et les travaux vilipendant systématiquement un « fils de vampires féodaux », un « laquais de l’impérialisme » (en Chine). Les quelques biographies parues en anglais, elles, s’attachaient surtout à décrire Chiang comme « l’homme qui a perdu la Chine ». Une telle grille de lecture provenait en droite ligne des cercles d’anciens conseillers américains. Ces derniers poursuivaient un but évident : rejeter sur Chiang la responsabilité de la catastrophe qu’avait représenté le basculement de la Chine dans le camp socialiste et se dédouaner ainsi de leurs propres erreurs (la principale ayant été de longtemps considérer les communistes comme des modérés tout prêts à coopérer loyalement avec le Guomindang). Depuis une quinzaine d’années, une appréciation plus nuancée de Chiang commence à émerger, notamment grâce à une source très importante devenue accessible aux chercheurs : l’énorme Journal qu’il a tenu entre 1918 et 1972. La première biographie de Chiang à faire un emploi intensif de ce texte, publiée en 2009 par le diplomate et historien américain Jay Taylor, avait cependant déçu. Elle avait le défaut majeur d’accorder une importance très disproportionnée aux relations entre la Chine et les États-Unis.

Alain Roux ayant fait la preuve de sa virtuosité dans le genre biographique avec la publication de son monumental Mao (Larousse, 2009), qui fait désormais autorité, son Chiang Kaï-shek était fort attendu. Le résultat est à la hauteur des espoirs : très solidement documenté, d’un style alerte, le livre respecte un équilibre parfait entre les périodes de la vie de Chiang, entre son intimité et son activité officielle et politique, ainsi qu’entre politique intérieure et extérieure. Bref, on tient enfin la biographie de référence de Chiang Kaï-shek.

L’origine sociale de Chiang se situe dans un milieu de tout petits notables du Zhejiang (une province côtière au sud de Shanghai). Dans son adolescence, il a vu et ressenti douloureusement la réalité d’une Chine humiliée et victime de l’impérialisme. Il suit au Japon des études militaires assez peu brillantes quand éclate la révolution de 1911. Il rentre aussitôt en Chine pour y prendre (modestement) part. Les années suivantes, Chiang évolue en eaux troubles, dans deux milieux qui s’interpénètrent largement : les bas-fonds du crime organisé (les sociétés secrètes) et les cercles révolutionnaires. En juin 1922, au péril de sa vie, il accourt à Canton à la rescousse de Sun Yat-sen alors à la dérive. Reconnaissant, ce dernier le nomme directeur de l’académie militaire de Huangpu en 1924. Il s’agit là d’un poste clé : c’est en effet à cette époque que le Guomindang, grâce à l’aide soviétique, constitue sa force militaire dont l’académie devient le fer de lance. Qui va remplacer Sun à la tête du Guomindang lorsqu’il meurt en 1925 ? Chiang, déjà un dirigeant important, n’est pas favori. Mais l’assassinat de Liao Zhongkai, alors ministre des Finances du gouvernement de Canton, et la mise à l’écart de son possible commanditaire, Hu Hanmin, président du Comité central du parti, lui dégagent la route. Wang Jingwei demeure le seul obstacle à son ascension. Le succès de l’expédition du Nord de 1926-1928, qui réunifie par la force des armes un pays alors aux mains de puissants seigneurs de la guerre, lui permet de s’imposer.

Pour rester l’homme fort du régime, Chiang pratique durant la décennie suivante un jeu d’équilibre entre différents groupes qui rivalisent sur l’échiquier politique. A l’âge de la maturité, durant la Seconde Guerre mondiale, il acquiert une stature internationale en incarnant au milieu des pires difficultés la résistance face au Japon. Il multiplie les erreurs durant les quatre années de guerre civile (1945-1949). Vaincu sur le continent, il réussit néanmoins à replier l’appareil politique et militaire du Guomindang à Taïwan. Là, Chiang profite du contexte de la guerre froide pour obtenir l’alliance américaine indispensable à la survie de son régime. Dans les années 1960, il transmet progressivement son pouvoir à Chiang Ching-kuo, son seul enfant biologique, qui sera un dirigeant efficace.

Chiang possède trois qualités principales : il ne manque pas de courage, il excelle dans les intrigues politiciennes et il garde une foi inébranlable en lui et en la grandeur de sa mission. Mais l’impression qui l’emporte tout au long de la lecture de cette biographie est pourtant celle d’une médiocrité qui se révèle en maintes occasions. Orateur et écrivain indigent, Chiang est aussi dénué de brio intellectuel que de charisme. Pour couronner le tout, c’est un bien piètre stratège militaire. D’où la très intéressante question que pose l’auteur : comment un homme aussi commun a-t-il pu accéder au pouvoir suprême et s’y maintenir si longtemps ? Alain Roux n’y répond pas complètement, même s’il souligne que l’ascension de Chiang doit autant à son habileté manœuvrière et son opiniâtreté qu’à la chance. Il me semble probable aussi que d’apparents coups de pouce du destin s’expliquent par le fait que ses rivaux, peu impressionnés par sa personnalité, l’ont largement sous-estimé. Quoi qu’il en soit, l’historien doit en tirer une leçon : même médiocre, un homme croyant en son destin et servi par les circonstances peut aller loin.

Lire le compte rendu en ligne

Pour rappel, Alain Roux présentera son livre aux Rendez-vous de l’histoire de Blois le 9 octobre 2016.

Page personnelle de Xavier Paulès

Page personnelle d’Alain Roux


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

1 réponse

  1. 15 décembre 2016

    […] 法文书评 (包利威 ) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *