L’opium à Canton. Entretien avec Xavier Paulès

Entretien avec Xavier Paulès, à l’occasion de la parution de son ouvrage : Histoire d’une drogue en sursis. L’opium à Canton, 1906-1936, qui vient de paraître aux Éditions de l’EHESS

Comment vous est venue l’idée de faire une recherche sur l’histoire de l’opium à Canton ?

Je souhaitais me consacrer à l’histoire urbaine, avec de préférence un sujet portant sur les marges de la société. Au moment de déterminer mon sujet de DEA, mon intérêt s’est donc porté sur l’opium. Le développement des études d’histoire urbaine depuis trente ans est considérable, mais c’est Shanghai qui a retenu très majoritairement l’attention Même par rapport à Tianjin, Chengdu ou Pékin, sur lesquelles des études excellentes ont été publiées, mon directeur, C. Henriot, m’avait signalé que Canton fait vraiment figure de parent pauvre. Une des raisons principales de mon choix était donc de contribuer à la sortir un peu de l’ombre.
Pour l’anecdote, un hasard vraiment providentiel m’a permis d’effectuer mes deux années de service national (entre le DEA et la thèse) à l’université Zhongshan de Canton. Ce séjour a été très précieux à de très nombreux égards, le plus important étant selon moi qu’il m’a permis de développer une empathie pour une ville qui n’a, il faut bien l’avouer, pas grand-chose pour plaire au premier abord.

Pour quelle raison avez-vous choisi cette période ?

Lorsque j’étais khâgneux en section B/L, la Chine républicaine figurait au programme (ce qui n’est malheureusement plus le cas) et j’avais eu ainsi un aperçu de l’intérêt de la période. Mais la raison essentielle est évidemment que cette période est la seule qui offre une documentation assez riche pour appréhender la consommation d’opium, en particulier grâce au développement de la presse.

Justement, à partir de quelles sources avez-vous travaillé ? Avez-vous rencontré des difficultés ?

Appréhender l’opium sous toutes ses facettes comme je me proposais de le faire obligeait d’évidence à multiplier les sources. Des sources assez classiques comme la presse, les archives diplomatiques,  les récits de voyages ou les œuvres littéraires devaient être complétées par d’autres comme les livrets d’opéra cantonais ou les enquêtes de sociologues chinois. J’ai également mené à bien une enquête d’histoire orale, entreprise assez malaisée en raison de l’âge avancé des témoins et de la méfiance compréhensible que suscitent des questions relatives à l’opium.
Les difficultés les plus aigües découlaient de l’absence totale d’archives provenant des monopoles et fermes de l’opium qui ont fonctionné durant cette période. Une connaissance fine de leur fonctionnement est de ce fait restée malheureusement, et malgré le recourt à d’autres types de sources, hors de portée.

Le titre de votre ouvrage fait allusion à une drogue en sursis : pourquoi et comment l’usage de la drogue s’est-il arrêté à Canton ?

Avec ce titre, il s’agit de souligner que l’opium avait subi un coup d’arrêt décisif lors du Plan de Dix ans initié par la dynastie Qing (1906-1912) et que le renouveau de la drogue sous la République est en grande partie un trompe l’œil.
Ce plan est l’aboutissement d’un processus durant lequel les élites progressistes chinoises se sont persuadées que l’opium figurait parmi les causes fondamentales de l’arriération et de la faiblesse de leur pays. L’important n’est pas que ce diagnostic était indiscutablement erroné, mais qu’un consensus étonnamment parfait se soit établi sur lui et qu’il ait perduré non seulement sous la République, mais jusqu’à nos jours.
Les élites ont effectué un travail remarquable de propagande pour diffuser cette idée dans toute la société et cette propagande a fait mouche en associant très habilement à partir des années 1910 le fumeur à un coolie famélique, faisant perdre à la drogue toute connotation positive.
Plus qu’aux dégâts limités qu’il a produit, le recul de l’opium doit donc, selon moi, essentiellement à des effets de représentations. Cela dit, il ne faut pas occulter le fait qu’en dépit de ce recul, il y avait toujours des fumeurs en 1949 et que la disparition finale de la pratique est bien le résultat d’une campagne du pouvoir communiste au début des années 1950, que le quadrillage totalitaire de la société a rendu parfaitement efficace.

Canton représente-t-elle une spécificité par rapports aux autres grandes villes chinoises ?

C’est une question à laquelle il est difficile de répondre en l’absence de monographies comparables pour d’autres villes. Cela étant dit, j’ai l’impression que Canton présente les mêmes caractéristiques principales que les autres grandes villes de l’Est du pays : des élites gagnées à l’idée que l’opium est un fléau et une honte nationale, des activistes de tous poils qui s’efforcent de peser sur les autorités dans le sens d’une prohibition. La consommation devient un phénomène assez marginal qui tend à se concentrer dans les couches les plus modestes de la population. Dans les villes de l’intérieur, ce processus de marginalisation est probablement moins avancé.
Une originalité de Canton semble être sa remarquable imperméabilité aux drogues nouvelles, morphine et héroïne.

A quoi ressemblaient les fumeries ?

La consommation d’opium a effectivement lieu dans des établissements spécialement dédiés à cet usage. Au mot français « fumerie » correspond une bonne dizaine au moins de termes différents en chinois. La richesse de cette terminologie reflète le fait que l’offre de fumeries est particulièrement large. Certaines se réduisent à une pièce sordide où, dans un confort spartiate, une clientèle de coolies consomme une drogue de très mauvaise qualité. Les établissements les plus nombreux sont assez simples mais suffisamment agréables pour attirer chaque jour une clientèle d’habitués habitant ou travaillant aux alentours.
En haut de l’échelle, on trouve des fumeries de luxe installées dans de grands bâtiments permettant à une clientèle aisée de s’ébattre dans un décor très raffiné, d’user d’un matériel de luxe et des meilleurs crus d’opium. Cependant, durant la période républicaine, il semble que ces fumeries ne peuvent pas compter sur la seule clientèle des catégories les plus aisées pour assurer leurs affaires. Elles disposent donc au rez-de-chaussée d’une très grande salle aux installations plus communes dont les tarifs sont accessibles à une clientèle relativement populaire.
Enfin, une enquête minutieuse a permis d’établir que toutes catégories confondues, Canton compte environ 350 fumeries dans les années 1930, ce qui n’est pas énorme pour une ville de plus d’un million d’habitants. [Propos recueillis pour le CECMC]

Lire aussi Monsieur Chen visite sa fumerie habituelle

Publications sélectionnées de l’auteur sur la question de l’opium

PAULES, Xavier, « L’éloge interdit : étude du système de valeurs des fumeurs d’opium dans la Chine républicaine », Genèses, n° 62 (mars 2006), p 69-92.

—, « La lutte contre l’opium, panacée politique pour le Guomindang ? », Vingtième siècle, n° 95 (Juillet-septembre 2007), p 193-217.

—, « Les institutions de désintoxication pour fumeurs d’opium à Canton entre 1839 et 1953 », Revue historique, n° 647 (juillet 2008), p 627-656.

—, « Anti-opium visual propaganda and the deglamourisation of opium, 1895-1937 », European Journal of East Asian Studies, vol. 7, n° 2 (automne 2008), p 229-262.

—, « 寻找吸毒者:关于20世纪30年代广州鸦片吸食者的研究 », 城市史研究 (Recherches d’histoire urbaine), n° 25 (juin 2009), p 142-170.

—, « Opium in the city (1923-1936) : a spatial study of Canton opium houses », Modern China, vol. 35, n° 5 (septembre 2009), p 495-526.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *