Chiang Kaï-shek : un destin trop grand

Roux, Alain. Chiang Kaï-shek : un destin trop grand. Paris : Payot, 2016. 656 p. (Coll. « Biographie Payot »). ISBN : 978-2-2289-1625-7

chiang kai shek.inddPremière biographie française de ce personnage illustre de la Chine du XXe siècle, grand rival de Mao Zedong, qui voulut rendre à la Chine sa puissance perdue face aux étrangers venus l’envahir, mais qui échoua à unifier le pays et, cédant la place aux communistes, finit sa vie, exilé, sur l’île de Taïwan. Une somme par un des meilleurs spécialistes de la Chine d’aujourd’hui.

« Brutal et tyrannique. Irritable. Vaniteux, têtu, méchant, extravagant, jaloux, avare, luxurieux, arrogant. Aime à se donner en spectacle et fanfaronne sur sa richesse. » Tel est l’autoportrait sans concession tracé à l’âge de 31 ans par Chiang Kaï-shek (1887-1975) dans son Journal de 16 000 pages conservé à l’université de Stanford.

Brutal, le jeune Chiang l’est assurément : à Shanghai, il n’hésite pas à assassiner pour le compte du gang de la Bande Verte, à battre sa première femme ou à malmener les soldats placés sous ses ordres. Après la mort de son mentor, Sun Yat-sen, en 1925, le « général rouge » saisit sa chance en s’emparant du Guomindang, le Parti nationaliste. Désormais marié à la belle et brillante Meiling, qui lui sert de conseillère occulte et d’interprète auprès des États-Unis, il s’attache à réunifier la Chine, massacrant ses alliés communistes de jadis et soumettant les seigneurs de la guerre. Pendant douze ans, il mène un double combat : à l’extérieur contre les Japonais, à l’intérieur contre les communistes. Si, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, cet habile stratège est considéré, avec Churchill, Franklin Roosevelt et Staline comme un des « Quatre Grands », il ne se montre pas à la hauteur de son destin et doit capituler en 1949 devant Mao, son rival de toujours. Exilé à Taïwan, il impose sur l’île sa dictature et tente en vain de reconquérir une Chine continentale perdue.

Fiche du livre sur le site de l’éditeur

Page personnelle d’Alain Roux


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

2 réponses

  1. 3 octobre 2016

    […] rendu de : Alain Roux, Chiang Kaï-shek. Le grand rival de Mao, Paris, Payot, […]

  2. 15 décembre 2016

    […] 法文原著介绍 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *