Travail et savoirs techniques dans la Chine prémoderne

Le nouveau numéro de la Revue de synthèse (n°3, automne 2010) est paru chez Springer. Il prolonge le précédent paru en juin 2010 et que nous avions présenté dans les Carnets du Centre Chine. L’ensemble, sous la direction de Christian Lamouroux, forme un même dossier sur le thème : Travail et savoirs techniques dans la Chine prémoderne.

Présentation de Christian Lamouroux

Cette seconde livraison, consacrée au travail et à la circulation des savoirs techniques dans la Chine prémoderne, se concentre sur les trajectoires individuelles de trois experts, au sens que nous avons déjà donné à ce terme : ceux qui sont en position de produire, de diffuser et de hiérarchiser les savoirs et les savoir-faire au sein de la société, en s’appuyant sur l’autorité et le pouvoir qu’ils sécrètent. Avant d’en venir au contenu de ces articles, rappelons le sens de notre démarche.
Convaincus que les stratifications et les hiérarchies sociales ont toujours dépendu de savoirs, dont l’évolution et les modalités de circulation constituent un puissant moteur
du changement historique, nous avons conduit notre enquête à partir de la perception qu’en avaient les lettrés. Trois types de circulation, difficilement séparables, ont servi
d’axes à notre travail : une circulation géographique, liée à l’enracinement local des savoirs et des savoir-faire ; une circulation sociale, qui structure des groupes et hiérarchise
ces savoirs ; une circulation intellectuelle, qui relie les savoirs tout en définissant des champs de compétences. Le travail sur l’action individuelle des lettrés, des fonctionnaires
ou de simples intermédiaires a permis d’aborder plus précisément ce dernier axe de notre enquête collective. Sans prétendre cartographier les savoirs ou les savoir-faire, notre travail vise ainsi à déterminer les conditions dans lesquelles se sont dessinées les frontières entre ces champs de compétences et de là les aptitudes professionnelles. En effet, s’il est indispensable de décrire l’apparition et le développement d’un savoir quelconque sur le plan technique, l’analyse du groupe qui le produit conduit à envisager le partage de ce savoir entre ses membres comme la mobilisation collective d’une ressource sociale : c’est là un des fondements de toute culture professionnelle. Or, si l’analyse par culture professionnelle découpe les compétences en champs distincts, l’analyse sociale cherche, pour sa part, à retrouver ce qui relie les savoirs et les savoir-faire.
Nous nous sommes donc efforcés de reformuler, à partir de l’expérience chinoise, la question des frontières entre savoirs et pratiques spécialisés. En mettant à distance, grâce à cette expérience historique particulière, les cadres imposés par les disciplines scientifiques ou techniques ainsi que les professions telles qu’elles se sont institutionnalisées
aujourd’hui, il devient possible, pour autant qu’on admette cette métaphore, de montrer que ces frontières ne sont pas des lignes mais des zones. Manifestement, ces zones favorisent la coexistence et la mobilisation de plusieurs rationalités chez ceux qui se présentent comme les porteurs de ces savoirs et de ces savoir-faire : les experts.
Ce second volume vise à lever ce coin du voile.
Texte intégral de la présentation

Articles

  • Bing Zhao, «Administration, savoir technique et reconnaissance impériale Tang Ying 唐英 (1682-1756)» p. 307-342
  • Frédéric Obringer, «Wu Youxing 吳㊒性 et les épidémies pestilentielles. Une figure d’expert médical à la fin des Ming»p. 343-372
  • Lucia Candelise, «George Soulié de Morant, le premier expert français en acupuncture» p. 373-400

Varia

Éric Brian, «Cent dix ans de renouvellements incessants. Note sur l’itinéraire de la Revue de synthèse de 1900 à 2010» p. 400-438

Ce numéro propose de nombreux comptes rendus. Citons celui d‘Isabelle Landry-Deron sur l’ouvrage de Timothy Brook, Le Chapeau de Vermeer. Le XVIIe siècle à l’aube de la mondialisation,
trad. Odile Demange (p. 481) et celui de Sabine Chalvon-Demersay, sur celui d’Isabelle Thireau et Hua Linshan, Les Ruses de la démocratie. Protester en Chine (p. 484)


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *