Anne Cheng : « Savoir à quelle religion on appartient ne fait pas sens en Chine »

Anne Cheng : « Savoir à quelle religion on appartient ne fait pas sens en Chine ». Le Monde. Le Monde festival, 5 août 2016. URL : http://www.lemonde.fr/festival/article/2016/08/05/anne-cheng-savoir-a-quelle-religion-on-appartient-ne-fait-pas-sens-en-chine_4979053_4415198.html (Consulté le 9 août 2016)

Exploitée par les dirigeants chinois actuels comme modèle d’autorité ou investi par le New Age (« nouvel âge »), la pensée confucéenne d’origine délivre aussi un message humaniste. Les éclairages de l’historienne Anne Cheng.

Propos recueillis par Nicolas Weill

En quel sens peut-on parler de religion chinoise ?

Les premiers contacts intellectuels entre la civilisation chinoise et l’Europe s’opèrent à travers les missionnaires et notamment les jésuites. Au XVIIe siècle, ils établissent une sorte de passerelle entre les élites européennes et les élites « mandarinales » de l’Etat impérial mandchou (avec une dynastie non chinoise au pouvoir de 1644 à 1911). Les jésuites se trouvent officiellement en Chine pour convertir les Chinois à la foi chrétienne, à la croyance en un Dieu unique et plus particulièrement au catholicisme de la contre-réforme. Or ils ont tôt fait de s’apercevoir que, s’ils veulent être entendus, il leur faut frapper à la tête et persuader les élites chinoises que la foi chrétienne n’est pas incompatible avec le culte des ancêtres. Ce faisant, les jésuites inventent le concept de « religion civile » appliqué au culte des ancêtres. D’où l’idée que le confucianisme serait une religion « rationnelle » liée à l’Etat impérial, à distinguer clairement des pratiques religieuses populaires taoïstes et bouddhistes qualifiées, elles, de superstitions. Les jésuites ont ainsi été à l’origine de cette opposition, artificielle au regard de la réalité chinoise, mais utile pour leur stratégie dite d’« accommodation ».

Lire l’article (Accès restreint)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *