Les inscriptions funéraires du Shengmutang 圣墓堂 des jésuites de Shanghai de la fin des Qing

Intervention de Wang Hao 王皓, doctorant de l’Institut national des études avancées en sciences humaines de l’Université de Fudan (Shanghai), dans le cadre du groupe de recherche Circulation interactive des savoirs.

Résumé

Les archives jésuites de Vanves conservent 169 inscriptions funéraires datant de la fin de la dynastie des Qing provenant du cimetière de Shanghai Shengmutang 圣墓堂. Le Shengmutang a été ouvert par le jésuite italien arrivé en Chine à la fin des Ming, Francesco Brancati 潘国光. Brancati, Simon A. Cunha (Wu Li), S.J. 吴历 et d’autres jésuites du début des Qing y furent enterrés. Durant les périodes Yongzheng 雍正 et Qianlong 乾隆, le catholicisme étant légalement interdit, le cimetière, comme d’autres propriétés catholiques, fut confisqué et dédié à des activités profanes. En 1841, quand la Compagnie de Jésus fut rétablie en Chine, l’église catholique récupéra progressivement ses anciennes propriétés, dont le cimetière qui rouvrit pour les Nouveaux jésuites. Après la période de rupture spatiale et temporelle, l’ancienne et la nouvelle Compagnie de Jésus trouvèrent une continuité avec le cimetière. Jusqu’à la fin des Qing, le cimetière accueillit 200 tombes de religieux n’appartenant pas tous à la Compagnie. Elles ont toutes été détruites pendant la Révolution culturelle. Les inscriptions confrontées et comparées avec d’autres sources éclairent significativement l’histoire du catholicisme du Jiangnan 江南 à la fin des Qing.

Date

  • Mercredi 6 avril 11h-13h

Lieu

  • EHESS, salle Elisabeth Allès 681, 190-198 avenue de France – 75013 Paris

Prochaines séances du séminaire


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *